EXTRAITS de OASIS de LUMIERE

Roman d'anticipation.

 

Extraits

96 pages sur les 280 de l'ouvrage.

Quatrieme 3

PROLOGUE

Un autre monde.

De nombreux ouvrages révèlent l'existence de Frères intra et extraterrestres qui viendraient, dans un futur proche, nous aider à construire un nouveau monde.

Cela est possible, mais il ne revient à personne de créer ce monde à notre place. Nous avons laissé le soin à d'autres de construire le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, mais il ne nous satisfait pas et nous n'en voulons plus. Aussi est-il indispensable que nous reprenions la direction de nos créations et décidions du monde dans lequel nous souhaiterions vivre !

Nous sommes des créateurs et nous créons par la puissance de l'énergie que nous mettons en commun. Aussi, notre collaboration est-elle nécessaire afin de voir émerger un monde qui réponde à nos espérances. Si nous ne nous unissons pas, nous aurons toujours à subir des limites et personne ne lèvera ces limites pour nous.

Alors, rêvons le monde que nous aimerions voir émerger dans le futur puis, agissons ensemble pour que notre rêve se réalise.

Nous sommes nombreux à rêver d'un monde plus humain, plus juste et plus fraternel, mais sommes-nous vraiment prêts à aider et à partager ce que nous avons ?

Notre monde s'avance inexorablement vers des difficultés majeures et, un jour, il deviendra nécessaire de manifester cette solidarité que nous appelons de nos vœux.

En mille neuf cent quatre vingt dix neuf, trois Maîtres Chevaliers d'Héliopolis nous contactèrent. Ils nous apprirent que nous étions au temps de la Parousie et qu'il fallait se préparer au changement. La Parousie est la période dans l'évolution des sociétés qui se situe entre deux ères. Après l'ère des poissons émaillée de conflits, l'ère du Verseau déverse ses connaissances pour une société plus humaine.

Personne n'est en mesure de prédire l'avenir, mais il n'est pas nécessaire d'être prophète pour deviner que les phénomènes climatiques constatés aujourd'hui s'amplifieront et que nous en subirons les conséquences.

La transformation de notre société passera donc par une période de difficultés au cours de laquelle nous serons amenés à manifester notre solidarité et nos qualités d'être.

Voici ce qu'expose Soria, dans l'un de ses ouvrages :

« L’insécurité grandit, votre pouvoir d’achat diminue et votre identité se perd dans un vouloir extérieur. Certains membres de cette humanité ne supporteront plus cette charge densifiant davantage leur existence. Tant bien que mal, ils rejetteront tout en bloc.

Comme votre conscient vit aujourd’hui sans se préoccuper du bien-être des proches, Urantia et ses ides climatiques vont vous rappeler au bon sens de la fraternité. En ce moment, vous ne savez pas partager malgré une abondance extrême, mais vous allez apprendre à le faire dans un dénuement et dans l’urgence. L’égoïsme humain en prendra un coup et cela sera bien pour votre avenir. »

Les théories de mon ami Isaac, comme une partie de la littérature moderne, évoquent des dimensions plus subtiles que celle de notre plan. La science moderne reconnaît que la matière est essentiellement constituée de vide et que rien n'empêche plusieurs matières de s'interpénétrer et de coexister.

Isaac explique dans ses ouvrages comment des matières de différentes fréquences se créent lors de la phase tumultueuse de la création de l'univers et s'interpénètrent pour former sept plans imbriqués. Nous serions sur le plan de la troisième fréquence.

Beaucoup pensent que la société que nous appelons de nos vœux ne peut se construire sur ce plan et que beaucoup d'humains ne souhaitent pas collaborer à son avènement. Cela implique qu'une partie de l'humanité s'élève dans une fréquence vibratoire supérieure afin d'y construire ce nouveau monde, et que l'autre partie demeure dans cette dimension.

Les ouvrages de Soria transmettent des informations sur la transformation de notre monde et donnent des clés pour rejoindre les dimensions supérieures.

La période de transformation sera une période de difficultés majeures au cours de laquelle il sera demandé de manifester l'entraide et la solidarité.

Soria a initié le projet des Oasis de Lumière que nous reprendrons à la fin de cet ouvrage afin qu'un maximum de personnes y collabore.

Voici ce que Soria dit à ce sujet :

« Il y aura un plus grand nombre de personnes sans-abri et cheminant vers on ne sait où. Sous cet aspect, certaines seront dirigées vers d’autres êtres chargés de structurer un site physique pour ces visiteurs venus de toutes les classes sociales. Les oasis de lumière seront implantées partout sur le globe pour offrir une respiration au mental, à l’esprit et au corps ; ce seront des lieux de partage fraternel où chacun fera don de ses capacités.

Ces lieux auront pour vocation de recevoir en de courts laps de temps des gens en difficulté et de leur offrir un toit provisoire. Bientôt vos lieux de vie actuels traverseront des climats perturbés occasionnant des pertes de tous genres sur le plan physique. Avant même que ces événements n’éclatent dans votre monde, nous répondons en préparant des refuges.»

Pour comprendre ces paroles, il faut avoir lu les ouvrages de Soria et compris le grandiose destin de notre planète, après cette phase de transition où chacun devra manifester sa solidarité. La transformation de notre monde vers un Nouveau Monde passera par une période de difficultés au cours de laquelle les oasis de lumière joueront un rôle majeur.

Nous risquons des phénomènes climatiques, mais d'autres risques existent que peu de gens connaissent. J'en parlerai à la fin de l'ouvrage.

Plusieurs de mes ami(e)s ont décrit la vie future dont ils rêvent. Ensemble, nous nous sommes projetés en l'an 2060, et, sur la base des informations transmises par le groupe Soria, avons imaginé les événements susceptibles de se produire.

Nous savons, bien sûr, que tout ne se déroulera pas de la manière imaginée. Selon Soria, notre avenir sera plus grandiose que nos rêves les plus fous. Nous savons aussi que rien n'est écrit d'avance, si ce n'est les grandes étapes d'évolution des sociétés. L'humanité dispose toujours de son libre arbitre entre deux étapes. Une société plus juste et fraternelle est une étape incontournable dans le devenir de ce monde. Nous pourrions nous diriger de manière sereine vers cette nouvelle société et les oasis de lumière ne seraient pas nécessaires. Mais en observant ce monde, nous voyons bien que l'humanité ne s'oriente guère vers une société solidaire et qu'il faudra que les événements l'obligent à prendre la bonne direction. Il y a toujours un renouveau à la suite d’événements dramatiques, comme ce fut le cas après les conflits mondiaux du vingtième siècle.

Construire le réseau des Oasis de lumière est une saine précaution. J’espère que nous serons nombreux à en prendre conscience et à participer à ce projet.

Mettons surtout en application les comportements et qualités d'être conseillés dans cet ouvrage ; ils feront de nous des êtres capables de participer à l'avènement du Nouveau Monde tant espéré.

 

CHAPITRE 1 : Une nouvelle vie.

 

Nous sommes en l'an 2060.

D’incroyables phénomènes se sont produits, ouvrant la porte de la quatrième, puis cinquième dimension à une partie de l'humanité. De véritables prouesses furent réalisées en peu de temps avec l’aide de nos Frères et Sœurs de l’espace venus aider notre terre, Urantia Gaïa, à s'ancrer dans sa réalisation.

Un jour, je vis un paysage nouveau se superposer au paysage connu. Je suis prévenu de ce possible prodige, de l’existence de plans parallèles au nôtre, où la matière, tout aussi réelle que celle que nous connaissons, dispose d’une plus grande légèreté. Je sais qu’il ne s’agit pas d’une hallucination. Je suis pourtant surpris, et mieux vaut être informé de cette possibilité.

Ce qui me surprend le plus est la luminosité des paysages que je vois apparaître sur mon écran mental, mais aussi leurs incroyables couleurs. Les arbres m’apparaissent jaunes, mauves ou violets. Le ciel et la mer sont d’un bleu lumineux, étincelant ! Mais ce qui me frappe le plus est la beauté des bâtiments, aux formes rondes et harmonieuses, tous décorés de fresques multicolores.

Cette alternance de visions entre ce que je connais et ce paysage nouveau dure quelques jours, puis je me retrouve entièrement dans la nouvelle réalité, celle de la quatrième dimension. La troisième n’existe plus pour moi. Les êtres qui me sont proches ont suivi le même processus et se retrouvent, eux aussi, dans cette dimension nouvelle. Plus tard, j’apprendrai que plusieurs de mes amis sont demeurés en arrière. J’en serai chagriné. Mais j’ai appris, depuis longtemps, à respecter le parcours de chacun et je sais qu’un jour ils nous rejoindront. Cela me suffit.

Je suis étonné de me retrouver dans la même habitation, identique du point de vue géométrique à celle que je connais, mais avec de particulières différences quant à l’aspect des matériaux. Le verre me semble plus clair et transparent. Les structures aluminium qui encadrent les baies ont l’aspect de la pierre blanche. Les murs, semi transparents, ont une couleur opaline de toute beauté. La radiance des massifs de fleurs qui entourent notre demeure ravit mes sens devenus plus réceptifs. La mer a des reflets multicolores, semblables à ceux que généraient parfois, dans notre ancienne dimension, les couchers du soleil.

Cet endroit, même s’il n’est pas encore le paradis, est idyllique. Pourtant de nombreux problèmes surgissent auxquels nous devons faire face. Je ne m’y attarderai pas. Imaginez simplement que vous débarquiez dans un pays inconnu, dont les comportements sont éloignés des vôtres comme la Chine ou le Japon, que vous deviez oublier vos anciennes habitudes pour vous adapter aux coutumes locales, vous mesureriez le désarroi de certains, face à un changement aussi brutal qu'ils n'ont pas programmé ! Nous arrivons dans une dimension habitée où les êtres vivent, avec leurs coutumes auxquelles il faut s'habituer. Le plus difficile est d'apporter les soins à ceux qui ne comprennent pas ce qui leur arrive et restent plongés dans un état de prostration et d’hébétude. Ils gardent le traumatisme relatif aux phénomènes vécus que je conterai en détail plus tard.

Je me suis porté volontaire pour expliquer l’extraordinaire aventure que nous venons de vivre.

Le temps presse car nous savons que le même phénomène se reproduira dans quelques années pour le passage dans la cinquième dimension.

Je suis en contact avec des habitants de la cité intraterrestre proche de mon lieu de résidence, mais je rencontre aussi des habitants d’autres cités comme celle de Télos. Ils disposent d’instruments capables de prévoir le futur passage dans la dimension suivante. Nous sommes informés qu'il se produira une dizaine d’années après notre arrivée. Mais nous savons aussi que tous les résidents de la surface extérieure ne pourront l'effectuer et que certains demeureront dans la quatrième dimension.

Nous sommes nombreux à nous dévouer à la tâche d'informer et de préparer un maximum de personnes. C’est une période difficile mais nous savons que la récompense est proche. Elle fut grandiose, pour ceux qui réussirent le nouveau passage.

Cela fait maintenant trente années et, déjà, beaucoup d’événements se sont produits.

La beauté de la cinquième dimension ne peut être décrite par des mots. Il faut la voir, la ressentir de tous ses sens dont certains semblent nouveaux tellement ils se sont affinés. La fragrance des parfums, d’une telle délicatesse, crée en nous un sentiment de bonheur et de plénitude inconnu à ce jour.

C’est le paradis perdu, aujourd’hui retrouvé !

C’est, pour nous, chose surprenante que de voir la matière se modeler selon la volonté des habitants. Ceux que nous venons de retrouver sont capables de créer leur nourriture ou leurs vêtements, à partir de l’énergie que nous savons être la substance du créateur. Nous comprenons que celui-ci a mis à la disposition de ses enfants une substance de vie capable de leur assurer la sécurité et le bien être. Il suffit de diriger sa pensée vers les créations souhaitées. Nous venons d’apprendre que nous avons jadis mésusé de ce pouvoir et que nous l’avons utilisé pour des profits personnels et égotiques. La cinquième dimension n’est en fait que le paradis perdu dont nous avons été chassés et que nous retrouvons enfin. Il suffit de rêver et d’aspirer à retrouver ce paradis.

Aujourd’hui, je côtoie des êtres qui portent allégrement plusieurs siècles d’âge et quelques millénaires pour certains. Le plus agréable n’est pas la jeunesse ou l’esthétisme du corps retrouvés, mais cette sensation de légèreté que jamais je n’avais éprouvée lorsque je demeurais dans la troisième dimension.

Personne ne me croyait, lorsque j’expliquais jadis que nous avions la possibilité de vivre plus longtemps dans des corps rajeunis.

Que de larmes avons-nous versées avant de retrouver ce paradis qui hantait nos rêves ! Elles étaient le ciment de notre volonté de ne plus reproduire les erreurs passées et de respecter dorénavant les lois d’amour et de compassion que nous avions méprisées. Respecter ces lois nous offrait les bénédictions divines. La vigilance est acquise et je ne pense pas que ceux qui ont vécu pareille expérience retombe un jour, de manière durable, dans cette dimension que nous avons connue et qui demande tellement de travail, d’efforts et de souffrances. Que de conflits vécus, en réponse au désir de certains d’asservir les autres ! Ce fut une lutte constante pour la vie. Vivre dans ce paradis retrouvé nous a permis d'ancrer le désir de ne plus rechuter. Devenus des êtres expérimentés, tolérants et soucieux du bien être de tous, nous savons les actions à ne plus reproduire. Beaucoup souhaiteront, dans le futur, connaître notre expérience, sans pour autant la vivre.

Nous allons étendre ce paradis et le préparer à recevoir beaucoup d’êtres à la recherche de leur identité.

L'aptitude de diriger notre pensée de manière efficace pour créer notre nourriture n'est pas encore acquise, mais les habitants de ces lieux le font à notre place, en attendant que nous retrouvions cette capacité.

Aussi n’y a-t-il nul besoin que nous nous livrions à un travail acharné, comme c’était le cas dans la troisième dimension, pour subvenir aux besoins de notre famille. Nourriture et vêtements sont fournis gracieusement... Le logement aussi !

A notre arrivée dans la cinquième, il nous fut proposé des lieux de vie construits par ceux qui disposent de la capacité de créer par la pensée. Ils l'ont fait avec joie et personne n’a été contraint de le faire. Ici, chacun donne son temps et ses capacités selon son désir de servir.

Nous sommes nombreux à avoir rejoint cette dimension, mais j’ai l’impression que beaucoup sont restés dans les dimensions précédentes. Selon certaines informations, 5 à 7% de la population de la troisième seraient passés dans la quatrième et 10% de ceux-ci, dans la cinquième.

J’ai appris que de nombreuses personnes se sont portées volontaires pour participer aux travaux de restauration de la troisième dimension afin d’évacuer les sources de pollution et de danger. Après le départ d’un nombre important de ses habitants, beaucoup d’industries n’ont pu poursuivre leurs activités. Cela a permis à Urantia de se régénérer. Le déminage est nécessaire, ainsi que la mise en sécurité et le démantèlement de toutes les centrales nucléaires. J’attends, avec impatience, le jour où j’obtiendrai l’autorisation d'y retourner pour admirer les paysages qui demeurent en ma mémoire. Nous savons que cette possibilité sera accordée le jour où la troisième dimension aura retrouvé de nouvelles splendeurs et que des jardins de ressourcements y seront implantés. Il faut être patients !

Ma vie d’aujourd’hui est celle des habitants de la cinquième dimension. Même si les cités regroupent un maximum de 5000 habitants et n’ont rien à voir avec les mégalopoles de jadis, j’ai choisi de vivre hors de la ville. J'aime disposer d’espaces et j’ai besoin de la nature avec les oiseaux qui y vivent, l’animent et l’égaient. Les cités sont appelées cités cristallines, car elles rayonnent comme le cristal. Leur architecture ne ressemble en rien aux villes connues dans les dimensions précédentes. La malléabilité de la matière permet des prouesses architecturales que les créateurs utilisent afin de donner aux constructions des formes élancées et harmonieuses. Celles-ci ressemblent à nos cathédrales, mais les formes arrondies ont remplacé les angles.

Nous avons choisi une habitation sur un promontoire qui domine la mer. Ses formes donnent de la douceur au regard. Ici, Il n’y a ni usinages, ni assemblages. Toute création résulte, en ces lieux, de la pensée créatrice de ceux que l’on nomme les architectes et bâtisseurs. Les architectes créent les formes, puis les bâtisseurs dirigent l’énergie primaire qui s’y inscrit et se transforme, sous l’action de leur pensée, en l’une ou l’autre des matières désirées. Elles revêtent des tons d’une incroyable variété. L’habitation choisie, en accord avec mon épouse, s’habille de tons roses et bleus. De l’intérieur, les murs sont transparents mais un regard extérieur perçoit un ton opalin, veiné de blanc, préservant notre intimité. La toiture est une coupole au ton doré qui réfléchit, sans pour autant éblouir, les rayons des soleils.

Oui, je parle « des soleils » car, en arrivant dans la cinquième dimension nous avons eu la surprise de découvrir un second soleil qui donne une lumière légèrement atténuée par rapport au premier. Nos deux soleils permettent aux ténèbres de ne plus exister. Nous avons appris que ce second soleil n’est autre que la planète Jupiter, devenue le second soleil de notre système. Imaginez deux soleils qui éclairent ensemble ou alternativement les lieux, créant des harmonies inconnues, des ombres projetées douces et caressantes.

La beauté des lieux est inimaginable par rapport à ce que nous connaissions. La propriété qui nous est allouée est entourée d’un vaste terrain qui plonge en pente douce vers la mer. De gigantesques arbres, dont certains rappellent nos séquoias, agrémentent le parc et offrent un refuge à de multicolores oiseaux aux chants mélodieux. Un ruisseau serpente au milieu des jardins avant de rejoindre la mer. Son eau argentine est source de vie pour une grande variété de poissons aux tons chatoyants, allant du bleu au rouge, passant par l’orangé. Ici, nul insecte nuisible ou piqueur, seulement des papillons de toutes les couleurs et de grosses abeilles qui produisent un nectar délicat ravissant les papilles. Ces abeilles ne disposent d’aucun dard car elles n’ont nul besoin de se protéger contre d’éventuels prédateurs.

Mon épouse et compagne de toujours a retrouvé la beauté de sa jeunesse. Elle resplendit en ces lieux et m’émerveille, comme jadis, par son sourire enchanteur. Elle a conservé le goût du jardinage et transmet son amour aux fleurs qui donnent, en réponse, des corolles aux formes harmonieuses et couleurs variées, tout au long de l’année. Nous apprécions plus particulièrement une variété de roses au ton bleuté dont le sublime parfum marque de son empreinte notre propriété. Mais nous aimons aussi les roses au ton pastel, rose, rouge ou blanc.

Les lieux ont une sérénité et une douceur jusqu’alors inconnues. Le climat est tempéré et une légère brise caresse de temps à autre le paysage. Une pluie fine et désaltérante tombe de manière régulière une ou deux fois par semaine, en fin de soirée. La température printanière n’offre que d’infimes variations liées à la position des deux soleils.

Des écrans géants, encastrés dans les murs de notre demeure, nous permettent de recueillir les informations que nous désirons. Certains sont réservés à la communication avec nos proches et nos amis. Quand nous voulons échanger avec l’un d’eux, nous le voyons évoluer dans son lieu de vie et nous avons l’impression d’être à ses côtés. D’autres écrans nous permettent d’être informés de ce qui se passe sur notre planète, dans chacune de ses dimensions, mais nous pouvons aussi recueillir des informations sur d’autres lieux où vivent nos Frères et Sœurs de l’espace. Certains ont fait un long voyage pour venir nous aider à franchir les grands bouleversements et construire les infrastructures, en réponse aux souhaits des grands Maîtres et Sages de notre univers.

Il n’y a plus de gouvernements tels que nous les connaissions avant, plus de représentants élus par le peuple afin de créer sans cesse de nouvelles lois qui viennent contredire ou abroger les précédentes.

Ici, elles ont été établies une bonne fois pour toute. Il s’agit, en fait d’une charte des droits fondamentaux de chaque habitant et de règles universelles en vigueur sur les planètes parvenues à leur identité divine. L’une de ces règles implique que chaque objet créé soit évalué par une commission d'experts avant d'être reproduit. Cette commission décide si l’objet est susceptible d’apporter un réel bien être ou d'être utile à l’élévation spirituelle et à la compréhension du monde. Dans l’affirmative, il reçoit un agrément et rentre dans une liste qui peut être consultée sur nos écrans, avec toutes les informations fournies par ses créateurs. Si l’objet intéresse une personne, elle en fait la demande par l’intermédiaire de son écran. Dans cette dimension, la duplication est chose facile et se fait par des esprits créateurs qui se livrent avec dextérité à cette tâche.

J’ai été surpris par le nombre restreint d’objets agréés. Même si elle est abondante et inépuisable, l’énergie dont sont issus les objets doit être respectée et ne pas être utilisée à des productions inutiles qui viendraient encombrer nos espaces de vie. La sagesse nous a enfin rejoint !

Le principe de la vie en ce paradis retrouvé est le bien être pour tous, sans aucune distinction autre que celle du libre choix de chacun. Créer un objet afin de réaliser un maximum de profit, en faire une description avantageuse, plus ou moins inventée, afin qu’un maximum de consommateurs l'achète, n’a plus cours. D’ailleurs, l’argent n’existe plus. Pas d’argent, pas d’impôts, pas de politiciens, seule l’obligation de consacrer un minimum de 20 heures par semaine à des activités librement consenties qui tiennent compte de l'expérience acquise et des aspirations de chacun !

Bien sûr une administration existe toujours, mais elle n’a rien à voir avec celle que nous connaissions. Contrôles des impôts, contrôles administratifs, contrôles en tout genre ont disparus… Ici, elle se livre à la gestion et la répartition des tâches à effectuer. Elle accorde les autorisations nécessaires afin de se rendre en certains lieux ou espaces protégés, y compris la troisième dimension.

Grâce à l’un de mes écrans de contrôle, j’ai pris récemment des nouvelles de ce qui se passe en celle-ci. J’ai appris que la population avait fortement diminué. Le départ d’un certain nombre d’habitants fut l’un des premiers facteurs. Ceux qui sont restés eurent des difficultés, face à l’arrêt de nombreuses activités économiques, mais elles n’ont pas durées. L’effondrement des systèmes politiques, le rejet des anciens dirigeants, mirent en évidence des réalités volontairement cachées. Il ne fait plus de doute, aujourd’hui, que chaque planète au sein de l’univers est creuse et habitable et qu'un soleil central éclaire le continent intérieur. Les dirigeants le savaient depuis longtemps, mais ne souhaitaient aucun contact avec nos frères intraterrestres qui se sont fait connaître et ont joint leurs efforts pour venir en aide à ceux restés dans la troisième dimension. Ils participent à l’effort commun de dépollution et de remise en état des lieux. Tous les habitants de cette dimension s’activent, en coordination avec ces frères et des habitants de la quatrième dimension, à cette lourde tâche. Ceux qui sont restés savent qu’ils pourront rejoindre la dimension supérieure lorsque le travail sera terminé, non par le moyen que nous avons emprunté, mais par l’une des portes de passage qui ont toujours existé. Ils connaissent le travail qu’ils ont à accomplir afin de profiter de cette possibilité.

Au moment où certains passaient dans la dimension supérieure, les forces cosmiques puissantes ont induit des modifications dans l’ADN des humains. Leur horloge biologique fut modifiée et le vieillissement ralenti. Les femmes ont vu leur cycle de reproduction se modifier et, aujourd’hui, elles ne sont fécondables qu’une seule fois chaque année. La population demeurée en troisième dimension serait actuellement, selon certaines sources d’informations, de 3 milliards de personnes. Peut être un certain nombre des habitants restants opteront-ils de poursuivre leurs expériences en une troisième dimension, sur cette planète ou une autre, lorsqu’ils se réincarneront, mais j’ai été heureux d’apprendre que les sages avaient offert l’opportunité de passer dans la dimension suivante si une compréhension des lois d’amour et de compassion était acquise. Des cours, offerts au libre choix de chacun, permettent de comprendre le nouveau destin de notre planète.

Aujourd’hui, les auxiliaires des maîtres de l'ombre n’ont plus aucun pouvoir. Qu’ils soient politiciens, membres des églises, scientifiques, ou magnas de la finance, tous sont demeurés dans la troisième dimension et participent aux travaux de remise en état des lieux. Ils apprennent la réalité du service à autrui ! Quant aux maîtres de l’époque, ils ont dû rendre les armes. Ils ont dû s’exiler en d'autres lieux, sur d’autres planètes, où ils expérimentent aujourd’hui l’effet produit quand on est dominé et asservi. Certains furent dépolarisés et reprennent leur évolution depuis le départ. C’est le pire drame que puisse subir une âme pervertie.

Notre destin, aujourd’hui, pour toutes les dimensions de notre belle planète, se trouve entre les mains d’une hiérarchie de sages que nous avons appris à connaître et à aimer.

Le responsable du devenir de notre planète est le prince planétaire. Cette fonction fut assurée par celui que nous connaissons comme le Christ. Aujourd’hui il a quitté la planète afin de retrouver ses fonctions de Maître instructeur des univers. Nous le reverrons de temps à autre, lorsque ses nouvelles fonctions guideront ses pas vers ce lieu qu’il a tant aimé et auquel il a tant donné. Le nouveau prince est un être d’une grande bonté, très expérimenté dans la mise en place de nouvelles structures prévues par les sages pour répondre au futur de notre planète. Il est assisté par un conseil de douze sages qui ont pris leurs fonctions en même temps que lui. Ainsi une nouvelle équipe veille dorénavant sur nos destinées. A côté du prince, l’Isis planétaire a pris ses fonctions. Elle permet un équilibre parfait entre les polarités masculine et féminine. Alors que le prince et son conseil veillent à la mise en place des nouvelles infrastructures et nomment les responsables aux charges nouvelles, l’Isis planétaire, assistée par un collège de femmes, veille à l’équilibre et à l’harmonie entre tous. Isis fut la mère du Christ. Celle que nous avons tant priée sous le nom de Marie assume aujourd’hui de grandes responsabilités. Nous sommes toujours heureux lorsqu’elle apparaît sur nos écrans pour nous transmettre des messages d’une grande portée spirituelle et des encouragements dans les tâches que nous réalisons pour le bien commun.

Parmi les nouveaux responsables, il me plaît de vous citer celle qui, sous la responsabilité du prince, est chargée de la coordination de tous les travaux dévolus à nos Frères et Sœurs des étoiles qui ont reçu l’autorisation de s’installer sur notre belle planète afin de l’aider dans l’accomplissement de son œuvre. La princesse Ichnalia, originaire des Pléiades, assume cette tâche. Nous connaissons ses origines divines et nous lui sommes reconnaissants pour tout ce qu’elle a réalisé depuis son arrivée. La Mère des Mères s'est incarnée afin d’œuvrer à l'expansion des univers.

Quand nous résidions dans la troisième dimension, il était difficile de concevoir et de croire à une destinée aussi grandiose. L’étude du passé et des potentialités liées au présent ne permettaient guère d’imaginer un avenir qui réponde à nos espérances et nos rêves. Nous avions reçu des informations sur de possibles changements, mais, après l’immense espoir suscité par certaines révélations, nombreux étaient ceux retombés dans la morosité de l’époque, ne pouvant imaginer ce qui allait se produire.

Aujourd’hui, nous connaissons la destinée de notre planète, ainsi que les tâches possibles dans le cadre de cet avenir.

Urantia Gaïa, notre planète bleue, est destinée à devenir un lieu d'étude pour les étudiants des univers, ainsi qu’une école de formation pour les êtres amenés à peupler les planètes créées dans les univers nouveaux, au-delà de notre propre super univers.

Jusqu’alors, la cinquième dimension était peu peuplée. L’arrivée d’habitants des troisième et quatrième dimensions, puis celle de nos frères de l’espace ayant reçu l’autorisation d’y venir, augmenta de manière considérable sa population et ses activités, la transformant en un vaste chantier. Rien à voir, cependant, avec ceux de la troisième dimension. Ici, l’espace prend progressivement un nouvel aspect sous la volonté des créateurs d’infrastructures. Tout origine de l’énergie cosmique mise en forme dans des moules issus de leur pensée créatrice. Nous prenons connaissance du futur aspect par l’intermédiaire d’écrans qui reproduisent l’aspect des lieux en quatre dimensions, l’évolution dans le temps étant incluse.

Quand je suis arrivé, je me suis porté volontaire pour des tâches liées à la construction d’une infrastructure nommée rotonde d’information. Prévue dans une région située dans le sud ouest de la France, elle sera le premier centre administratif et la première école interplanétaire. Sa construction est confiée à nos Frères et Sœurs des Pléiades particulièrement performants pour ce genre de réalisation.

Désireux d'enseigner dans cette école, j'ai demandé de subir une formation pour cet objectif. Ma candidature est retenue et l’on m’affecte un Maître venu d’une dimension supérieure. Durant toute la construction de la rotonde il m’enseigne beaucoup des lois et de règles applicables à l’enseignement. Celui-ci ne se pratique pas de la même manière que dans la troisième dimension. Nous disposons d'une technologie très avancée qui permet un enseignement dynamique et motivant. Que ce soit pour des séances d’histoire, de géographie ou l’étude des comportements, nous visionnons des séquences relatives au sujet et échangeons, avec la possibilité de revoir telle ou telle partie de la séquence enregistrée. Ces enregistrements reproduits par des cristaux permettent de visionner en trois dimensions et donne la sensation d’être au cœur des événements.

J’aime particulièrement enseigner les lois relatives à la création du cosmos. Retrouver chaque événement créateur et y participer est aujourd’hui chose aisée. La réalité ne peut être cachée ; le temps peut être remonté. Nous devenons des observateurs attentifs même s'il s’est déroulé plusieurs milliards d’années auparavant. Cela est aussi vrai pour le développement des civilisations qui se sont épanouies sur notre planète, avant de régresser, puis de disparaître.

Durant la construction de la rotonde, je me rends 4 fois par semaine sur les lieux de la construction située à plus de 300 kilomètres de mon domicile. Ma résidence se situe près des côtes méditerranéennes et la rotonde dans la région qui correspond au Périgord de la troisième. Il me faut à peine quinze minutes pour parcourir la distance. Je n’ai pas la possibilité de me téléporter comme certains Maîtres avancés, mais j’espère y parvenir un jour. C'est tellement plus pratique !

Le véhicule de transport à ma disposition ressemble à une bulle transparente nommée gravibulle qui permet l’observation à 360 degrés. Il est doté d’un dispositif anti-gravitationnel qui lui donne une masse proche de zéro, et, grâce à son moteur à énergie libre, le propulse à très grande vitesse. Cet appareil est doté d’un système anti collision et les accidents ne sont pas possibles. Il dispose de deux moteurs. Si par hasard l’un vient à s’arrêter, l’autre prend immédiatement le relais et le véhicule est automatiquement conduit vers le centre le plus proche pour être échangé.

Dans notre atmosphère, la vitesse est réglementée. Dans la première strate des 2000m d’altitude, la vitesse ne doit pas dépasser 200km à l’heure. Cette zone de basse altitude permet de rejoindre un couloir vertical situé à proximité de chaque agglomération. Il permet de rejoindre l'une des strates de navigation de notre vol à grande vitesse. A l’arrivée, nous empruntons un autre couloir vertical proche de notre destination.

L’ordinateur de bord détermine la strate de navigation à emprunter et toute la navigation, depuis le départ jusqu’à l’arrivée, se fait de manière automatique. Nous reprenons les commandes, pour certains atterrissages, lorsque nous arrivons à 100m du lieu de destination.

Quinze minutes suffisent pour me rendre au chantier de la rotonde. J’arrive vers 9 heures et repars vers 17 heures. Je suis là pour apprendre de nos frères de l’espace les techniques de construction et faire la connaissance des lieux où j'enseignerai. Je profite aussi des enseignements de mon Maître qui me rejoint chaque jour. Nul besoin, pour lui, de prendre un engin de transport. Il se téléporte depuis son lieu de vie dans la septième dimension, jusqu’au lieu de construction de la rotonde. Nous sommes très nombreux, originaires de la troisième dimension, à participer à ce chantier en vue de devenir des enseignants. C’est une occasion unique de faire connaissance, d’échanger et de partager nos points de vues sur notre rôle et l'enseignement que nous allons donner. Vous ne pouvez imaginer à quel point les relations sont différentes de celles connues dans notre ancienne dimension. Un sentiment de solidarité et de fraternité nous relie les uns aux autres, cimenté par une expérience commune. Nous sommes devenus de véritables amis !

Mais je n’oublie pas pour autant mes amis et membres de ma famille qui ont réussi à se hisser jusqu’à la cinquième dimension.
 

CHAPITRE 3 : Mon voyage vers la planète Origane des Pléiades.

 

Mirabelle et Maharand marquèrent un intérêt particulier lorsque je leur fis le récit de mon voyage vers l’une des planètes qui gravitent autour de Mérope situées dans la constellation des Pléiades. L’origine du mot Pléiade provient de la mythologie grecque. En effet, les Pléiades étaient sept sœurs, filles d’Atlas et de Pléion. Mais en réalité, la constellation comporte un nombre plus important d’étoiles, environ 3000, dont une douzaine seulement sont visibles à l’œil nu. Les 9 étoiles les plus brillantes tirent leur nom des sept sœurs et de leurs parents.

La plus connue est certainement Alcyone, mais c'est sur une planète entourant Mérope, que je me suis rendu. Je vais raconter les incroyables synchronicités qui m’ont conduit à faire cet extraordinaire voyage et découvrir des événements relatifs à mon passé, il y a de cela bien longtemps.

Le début de cette incroyable aventure remonte à l’époque où je me rends chaque jour, 5 fois par semaine sur le chantier de construction de la rotonde d’information. Nos frères Pléiadiens ont de particulières compétences pour la réalisation de ce genre d’ouvrage. La rencontre journalière de mêmes personnes crée d’inévitables liens, d’autant que nous partageons les repas du midi et que ces instants sont propices aux échanges. Je me lie d’amitié avec un jeune couple. Quand je dis jeune, je parle de l’apparence car, en fait ils sont nés voici plus de 5 000 ans, sur Origane, cette petite planète dont je viens de parler. Ces êtres, à la peau légèrement bleutée, sont d’une grande beauté, élégants, minces, et leurs cheveux, d’une blondeur dorée qu’ils portent longs, leur donnent une élégance qui s’accorde avec leur caractère aimable et souriant. Ils n’ont pas le souvenir d’avoir vécu dans une troisième dimension. Aussi sont-ils curieux et étonnés quand je décris notre vie dans cette dimension. Ils appartiennent à l’équipe des architectes, concepteurs de la rotonde, et surveillent la mise en place du projet par les équipes de constructeurs.

J'ai beaucoup de mal à concevoir leur existence sur leur planète d’origine qui semble, selon leur description, si différente de la nôtre. Il n’y a ni océans, ni mers, mais un nombre incroyable de lacs. Chaque demeure a sa propre étendue d’eau et une végétation inconnue de nous. Seules les dimensions à partir de la cinquième sont habitées. C’est une planète, selon leurs dires, vouée à la recherche. Je ne sais pourquoi, mais ils refusent de me dévoiler le domaine de ces recherches. Quand je m’efforce de savoir, ils me répondent gentiment, en me souriant : ne sois pas pressé, tu le sauras un jour ! Tu vois, Urantia Gaïa est consacrée à l’enseignement et à l’information. Notre planète fut elle-même consacrée à ses activités. Elle fait progresser ses domaines de compétence depuis plusieurs centaines de milliers d’années. Tu verras les progrès réalisés depuis cette époque lointaine. Pourquoi ce langage ? Je comprendrai quelques années plus tard...

Un jour, ils m’annoncent partir en vacances sur leur planète d’origine et, gentiment, m'invitent à les accompagner : « ma famille sera ravie de faire ta connaissance et si tu le souhaites, propose à ta compagne de venir ». Je suis un peu surpris de cette invitation. Je ne sais si je peux disposer de l’autorisation nécessaire et si mon épouse souhaitera venir. « Ne t’inquiète pas, nous nous chargeons de toutes les formalités administratives et nous avons déjà évoqué cette possibilité avec ton Maître qui n’a fait aucune objection. Tout au contraire, il nous a affirmé que ce voyage permettra de te souvenir d’événements utiles pour tes compétences de futur enseignant. Profite de ce que tu n’es pas encore indispensable, durant cette phase de construction, pour découvrir des lieux qui t’apprendront beaucoup ».

Il me reste à convaincre ma compagne. Mais je me doute de sa réponse.

Tu sais ma position, dit-elle, je n’ai pas les mêmes aspirations que toi et je me sens tellement bien dans notre nouvelle demeure que je n’ai nulle envie de la quitter, même pour découvrir une nouvelle planète. Tu me raconteras ton périple à ton retour et cela me suffira.

Me voici donc parti, en compagnie de mes amis, vers cette destination lointaine du nom d'Origane qui me permettra de ramener en ma conscience d’inimaginables souvenirs.

Le voyage prend quelques jours qui s'écoulent agréablement en conversations et jeux que nos amis comme moi-même prisons énormément.

Nous survolons cette jolie planète et, déjà, un air de déjà vu émerge en ma conscience. Cette immensité parsemée d’une multitude de lacs aux couleurs éblouissantes, cette végétation aux tons dégradés, du jaune vif à l’orange, éblouissent mon regard. Les constructions aux allures de palais, avec d’immenses complexes me rappellent les plus belles constructions de notre cinquième dimension au style élancé, tout en finesse et légèreté.

Nous atterrissons à proximité d’un vaste palais dont les flèches semblent atteindre les nuages. « Nous arrivons dans la demeure de mes parents » me dit Mahari. « Ils vont être ravis de faire ta connaissance et te feront découvrir leurs activités ». La grâce et l’élégance royale de ces êtres ne se décrivent pas. Ce qui me marque le plus est la chaleur de leur accueil, comme s’ils me connaissaient depuis toujours et faisais partie de leur famille. Après les présentations d’usage, Mahari me conduit dans la partie du palais réservée aux invités, afin que je m’installe pour la période de notre séjour.

Le soir même, à la table de mes hôtes, nous devisons sur notre voyage et notre vie sur Urantia Gaïa. Mahari et son épouse Lacmia ne tarissent pas d’éloge envers les humains qui ont réussi l’exploit de gravir deux dimensions en très peu de temps. Il me faut leur raconter, par le menu détail, mes aventures et celles des amis que j’ai retrouvés. Ils se montrent particulièrement curieux sur ma vie dans la troisième dimension, les sentiments éprouvés, les difficultés rencontrées...

C’est sans conteste, leur dis-je, le sentiment de solitude, le sentiment d’être séparé d’êtres chers, le désintérêt des humains les uns envers les autres qui m’ont profondément marqué et pour rien au monde, je ne souhaiterais renouveler pareille expérience. Heureusement, ce sentiment est aujourd’hui disparu et une grande solidarité nous unit. Le fait de quitter très rapidement un corps pour en reprendre un autre, recommencer sans arrêt les mêmes épreuves, fut exténuant et même si j’ai beaucoup appris au cours de cette expérience, je ne la souhaite à personne.

Je ne sais pourquoi, mais j’ai l’impression de découvrir un léger sourire au coin des lèvres de mes hôtes lorsque je leur raconte ce qui pourtant ne devrait prêter à sourire. J’en comprendrai les raisons plus tard. « Nous te ferons visiter les lieux où nous exerçons nos activités. Tu nous accompagneras et tu comprendras à quelles œuvres nous nous livrons, à la demande des sages de notre univers et dans quel domaine cette planète s’est spécialisée ». Je vais enfin savoir…

Le lendemain je suis levé de bonne heure, car la curiosité attise mes sens en éveil. J’ai vraiment hâte de découvrir les laboratoires de recherches de mes hôtes. Je dois pourtant attendre et me livrer au cérémonial du petit déjeuner, particulièrement copieux, selon les habitudes des habitants de ces lieux.

Dans le milieu de la matinée nous partons vers une destination qui m'est inconnue, en compagnie de Mahari, Lacmia et leurs parents. Nous empruntons l’un de leur véhicule spatial qui ressemble beaucoup à ceux que nous utilisons sur Urantia Gaïa. Après 5 minutes de vol, à moyenne vitesse, j’aperçois un vaste complexe constitué de nombreux bâtiments accolés les uns aux autres, de formes circulaires, coiffés de dômes transparents avec, à proximité, un lac immense qui ressemble à une mer intérieure. Lors de l’approche je distingue une myriade d’êtres qui s’activent à l’intérieur des bâtiments.

Avant d'y pénétrer, Mahari me dit : « Il faut que je te dise que mes parents sont responsables de ce centre et en coordonnent les activités ».

A l’entrée nous sommes accueillis par un être qui ne ressemble en rien à mes amis et hôtes. Il est beaucoup plus grand, avec une carrure d’athlète en haltérophilie. Ses cheveux foncés et sa peau d’un mat cuivré me font penser aux habitants des anciennes Amériques. Je te présente Arcmélien, me dit le père de Mahari. Il vient de la constellation du Bouvier et coordonne nos recherches communes avec celles de sa planète d’origine. Il dispose de ce bâtiment, de même que nous occupons un lieu identique sur sa planète. Nous disposons en ces lieux de 12 bâtiments dont huit sont occupés par chacun de nos frères de l’espace qui se livrent aux mêmes travaux. Je t’ai présenté en premier Arcmélien, car c’est avec lui, et sa famille d’origine, que nous partageons le plus d’idées communes sur les améliorations que nous pouvons apporter à nos prototypes.

Je ne comprends absolument pas de quels prototypes il parle. Construisent-ils des véhicules de transport ?

Je vais bientôt découvrir qu’en effet, ils construisent des engins de déplacement, mais pas ceux que j’imagine…

Il me faut préalablement faire la connaissance de chacun des responsables présents, avant que l’on ne me présente un « prototype » sur lequel ils travaillent. Après les Arcturiens, je salue les responsables des Anauchays, Dragons, Reptiliens, Elohim et Sauphids. Deux autres groupes actuellement en mission collaborent depuis peu à l’élaboration de nouveaux véhicules.

Je rencontre ensuite les responsables Pléiadiens qui travaillent, sous la responsabilité des parents de Mahari, dans d'autres bâtiments. L’un de ceux-ci est un centre administratif dans lequel se déroulent d’importantes réunions. Les sages et responsables des univers en cours de formation y viennent pour évaluer les résultats dans la mise au point des prototypes. Ils donnent les orientations ou directives afin que les travaux répondent aux objectifs.

« Nous allons te montrer le prototype le plus développé, celui sur lequel les sages espèrent le plus de résultats », m’informent les parents de Mahari, en m’invitant à les suivre. La vaste salle dans laquelle nous entrons me fait penser à une salle d’opération. Bien sur, les instruments que je découvre n’ont rien à voir avec ceux que je connais. Je m’entends dire naïvement: « mais nous sommes dans un hôpital ! ». Mahari, gentiment, s’approche de moi et me dit en souriant : « le corps que tu observes sur cette table n’est pas en vie. Il ne s’agit pas de soins, mais de travaux de construction. Ce corps est un prototype sur lequel nos scientifiques apportent quelques modifications. Les premiers essais, bien que concluants, nous ont convaincus de la nécessité de quelques améliorations. Le père de Mahari, à la suite de ce dernier me dit : « Voici quelques jours, tu aurais vu ce prototype vivant et animé par ceux qui, chez nous, ont l’aptitude à quitter leur corps, pour en investir un autre. Nous avons actuellement 10 corps animés, identiques à celui que tu vois, qui expérimentent sous les eaux du lac que tu as aperçu en arrivant. »

Soudain, une image d’une incroyable netteté apparaît sur mon écran mental. Je me vois dans l’apparence d’un Pléiadien, puis d’un Terrien de manière alternative. Surpris, j’essaie de chasser cette image afin de suivre les explications de mes hôtes.

« Tu viens de voir le prototype qui doit peupler plusieurs planètes des univers en cours de construction, au-delà même des sept super univers qui finalisent leur évolution. Ce prototype est destiné à vivre en même temps dans l’atmosphère d'une planète d’accueil et sous les eaux des océans qui la recouvreront. Les sages souhaitent savoir si les êtres qui habiteront ces corps et vivront dans des milieux différents, reconnaîtront facilement leur divinité. Cela sera-t-il un facteur d’accélération ou de ralentissement ? Ils veulent aussi découvrir les créations que de telles conditions sont en mesure de générer. Ces véhicules sont donc amphibies et peuvent absorber le prana, générateur de vie, aussi bien dans l’atmosphère que dans les eaux. Ces véhicules n’auront nul besoin, comme vous et nous, de l’oxygène de l’air pour vivre. Nous avons récemment découvert un processus qui permet l’intégration directe de l’énergie vitale sans passer par l’intermédiaire de l’air ou d’autres éléments chimiques comme le gaz carbonique que certains corps utilisent sur quelques planètes. Vous savez certainement que plusieurs ne sont pas structurés à partir du carbone et que leur vie dépend d’autres substances chimiques ! ».

Tout cela devient passionnant ! J’ai hâte d’en savoir plus ! Le film « Avatar », première réalisation en 3D que j’ai vu quand j’étais encore dans la troisième dimension, me revient en mémoire. Sur une lointaine planète, le héros incorpore le corps d’une entité ayant des caractéristiques différentes des siennes, pour faciliter l'exploitation des richesses de son sous sol. Mais cette incorporation lui permet de comprendre la vie et les préoccupations de ces êtres et de sauver la planète de la furie des envahisseurs.

Je suis mes hôtes dans une salle adjacente semblable à un dortoir. Il y a là une vingtaine de lits, dont dix sont occupés par des Pléiadiens qui semblent dormir. Ils ne dorment pas, me dit Mahari, ces corps ont été provisoirement désertés par leurs hôtes qui ont investi les nouveaux véhicules et expérimentent sous les eaux du lac. Ils ont pour mission de contrôler certains paramètres de fonctionnement. Leurs essais durent en général quinze jours. Ensuite, ils proposent les améliorations à apporter au véhicule.

Mais comment faites vous pour apporter ces améliorations, si elles sont nécessaires ? Tout fonctionne, m’explique le père de Mahari, par l’intermédiaire de l’ADN. Chaque prototype résulte de la réunion de gènes issus d’un certain nombre de véhicules ayant fait leur preuve dans le passé. Certains, et c’est le cas pour celui-ci, possèdent en plus des gènes créés de manière artificielle dans nos laboratoires par manipulation génétique. Pour le véhicule que tu viens de voir, c’était indispensable car aucun de ceux qui existent dans l’univers n’ont l’aptitude d’ingérer directement l’énergie qui imprègne toute chose. Nous espérons beaucoup de cette découverte afin de permettre une meilleure expérimentation, sans essuyer les échecs que nous avons rencontrés avec le véhicule que vous occupez.

Ma curiosité est piquée à vif. Quels sont ces échecs ? Je ne laisse rien paraître, attendant un moment propice à des explications sur les « échecs » du véhicule que j’occupe qui, il est vrai, m’a procuré bien des tourments.

Nous prenons le repas de midi en compagnie de tous les responsables du complexe. Je porte une grande attention aux explications qui sont données par les uns ou les autres sur leurs derniers travaux. Personne ne me questionne sur ma vie, sur mon véhicule et c’est mieux ainsi. Il est vrai que je fais partie d’un lointain passé et que les véhicules que j’ai entrevus ici ont des millénaires d’avance. J’ai l’impression d’occuper un véhicule démodé. Étrange sensation que celle-ci…

J’attends le soir, de retour au palais, pour poser mes questions autour d’une collation légère.

Je suis étonné, dis-je, que personne ne m’ait interrogé sur ma vie, sur l’expérience que j’ai vécue sur ma planète. Ne t’offusque pas, me répond le père de Mahari. Ils connaissent ton histoire puisque tous ceux que tu as rencontrés ont participé, de près ou de loin, à l’expérimentation du véhicule que tu occupes. Selon la loi cosmique, ils ont suivi son évolution et participé aux modifications apportées au fur et à mesure du temps. Ils ont subi, comme moi-même, mon épouse, tes amis Mahari et Lacmia, les conséquences des actes perpétrés envers ce prototype. Certes, ils n’ont pas été les expérimentateurs qui subirent les plus lourdes conséquences. Mais vous étiez ceux qui aviez expérimenté le véhicule et fourni les rapports susceptibles de le modifier. Vous avez fourni des rapports qui visaient à ce que ce véhicule ne puisse fonctionner mieux que les nôtres. Vous étiez responsables, mais nous l’étions aussi et nous avons tous subi les conséquences de nos actes selon leur niveau d’importance. Nous devons, selon la loi cosmique, créer des véhicules capables de dépasser le fonctionnement des nôtres sur le plan de la compréhension des lois de l’univers et la réintégration vers notre lieu de naissance, source de toute vie. Cela n’a pas été fait pour ce véhicule et depuis des dizaines de milliers d’années nous sommes bloqués dans notre évolution, à cause de cette erreur. Nous cherchons des solutions afin de reprendre un rythme normal de progrès. La création des véhicules nouveaux que tu as vus devrait permettre d’effacer les conséquences de la loi de cause à effet mise en mouvement par nos actes. Il faut aussi que nous réparions les erreurs commises envers le véhicule que tu occupes, permettant à ceux qui l’utilisent, d’aller au-delà des limites du nôtre. C’est la raison de la présence de mes enfants sur votre planète, ainsi que de tous les Pléiadiens qui font partie de l’équipe dirigée par Ichnalia qui, en s’incarnant sur notre planète, est venue nous donner un sérieux coup de main. Mais il reste encore beaucoup d’efforts et de travail à accomplir, comme je te l’expliquerai un peu plus tard. C’est aussi la raison de ta présence en ces lieux qui n’est, en aucune manière, due au hasard. Mes enfants avaient mission de permettre que tu reviennes là où tu as vécu et expérimenté, il y a de cela, bien longtemps.

Aurais-je participé à la mise au point du véhicule que j’occupe et porterais-je une responsabilité sur les dysfonctionnements de celui-ci ? Je ne puis y croire, bien que certains souvenirs, revenus au cours de notre visite, vont dans le sens de ce que vous exprimez...

Cela est exact, me répond Ectéra, le père de Mahari. Tu devrais te rappeler la loi selon laquelle tout expérimentateur d’un véhicule, est tenu de l’occuper jusqu’à ce qu'il démontre son aptitude à servir le dessein des étincelles de vie, ou esprits, à reconnaître leur identité divine. Après l’agrément donné par les sages des univers sur le véhicule que tu occupes, tu as été tenu de le suivre dans son expérimentation sur la planète Gaïa. Tu n’étais pas le seul, puisque, non seulement tes frères des Pléiades, mais aussi des membres originaires d'autres planètes, participèrent à ce projet. Nous étions sept groupes, au total, à expérimenter ce véhicule. Tu viens de rencontrer leurs descendants. Tu ne le sais peut être pas, mais je puis te révéler que plusieurs des amis que tu as connus sur Urantia Gaïa, sont originaires de chacun des groupes de l’espace qui ont conçu et expérimenté ce véhicule et sont tenus, comme toi, d’aller jusqu’à son parfait fonctionnement.

Cette révélation me permet de comprendre l’attitude de certains de mes amis. Je n’ai, pour la majorité d’entre eux, aucune nouvelle depuis mon arrivée dans la cinquième dimension. Je me promets d’effectuer les recherches nécessaires, dès mon retour de voyage, afin de les retrouver.

Ectéra poursuit ses explications pour me dire que je suis le premier à revenir sur les lieux de notre expérimentation, mais que tous, actuellement incarnés sur Urantia Gaïa, reviendront, de quelque origine qu’ils soient, et seront chargés de la même mission que moi.

Mais quelle est cette mission ?

Vous devrez découvrir, me dit Ectéra, les problèmes et aléas rencontrés au cours du temps avec ce véhicule. Quand vous aurez compris l’ensemble des problèmes, les interventions des uns et des autres, les actuelles positions, vous devrez proposer les solutions qui permettront aux êtres qui utilisent ce véhicule de dépasser la cinquième dimension. Votre mission prendra fin le jour où l’un d’entre vous démontrera que ce véhicule est en mesure de dépasser ce que nous n’avons pu réaliser avec le nôtre, c'est-à-dire pénétrer la sixième dimension. Vous serez nos émissaires dans celle-ci et vous nous en ouvrirez les portes.

Cette mission n’est pas opposée à la mission d’enseignant que tu as choisie et tu pourras mener cette activité de manière parallèle.

Vous avez parlé d’échecs rencontrés avec le véhicule que nous utilisons sur Urantia Gaïa. Vous est-il possible de m’en dire plus ? Non, me répondit gentiment Ectéra ; il te revient de découvrir les problèmes rencontrés. Ne t’inquiète pas, certains de tes ami ou amies ont des souvenirs qu’ils partageront avec toi. Les récits qu’ils te feront te permettront de te rappeler ces problèmes et d’imaginer les solutions à apporter.

Combien d’expérimentateurs avons-nous été ? Je comprends que je ne pourrai en apprendre davantage. J’ai déjà, il est vrai, reçu de surprenantes informations…

Le reste du séjour se déroule en visites et découvertes d’Origane, cette si jolie planète au cœur des Pléiades, qui restera en mon souvenir. Je sais que j’y reviendrai et qu’une partie de moi-même demeurera en ces lieux, pour l’éternité.

Le retour est rapide. J’ai hâte de retrouver celle que j’ai quittée et qui m’attend, curieuse du récit que je vais lui faire. Je lui décris mon arrivée, le charme de mes hôtes, leur merveilleuse hospitalité, mes visites de certaines régions de cette surprenante planète, mais en aucun cas je n’évoque les découvertes que j’ai faites et la mission qui m’incombe. Je garde tout cela pour plus tard…
 

CHAPITRE 6 :  La Lémurie, continent perdu du Pacifique.

 

Après de longues recherches, je découvre le lieu où Annlyse réside avec son compagnon et leurs deux enfants. Après quelques échanges, je lui dévoile l’objet de mes recherches et propose de leur rendre visite car le sujet est délicat et doit être traité de vive voix. Nous convenons d’un rendez-vous quelques jours plus tard.

Après le récit de nos aventures, l'échange d’informations sur nos activités, nous en venons au sujet de ma visite. Je lui trace les raisons pour lesquelles je recherche des informations sur les événements qui se sont déroulés jadis en Lémurie.

Claude :

Serais-tu disposée à m’en révéler plus que jadis, lorsque nous étions encore dans la troisième dimension et que tu hésitais à nous révéler tes souvenirs, de peur de ne pas être crédible ?

Annlyse :

Tu sais, Claude, compte tenu des événements qui se sont produits, des révélations effectuées par nos frères intraterrestres, je ne crains plus aujourd’hui de raconter ce que je sais être la vérité. J’ai le parfait souvenir de mes vies antérieures, sur ce merveilleux continent que fut la Lémurie. En fait, il ne s’agit pas de souvenirs, mais d’un partage avec les autres parties de moi-même qui vécurent là bas.

Au début de ma vie sur ce continent, bien avant le déclin de la conscience, nous habitions un monde identique à celui que nous venons de retrouver, avec la même densité de matière, dans des corps très légers. Je pouvais, comme tout le monde, hausser ou abaisser ma vibration selon ma volonté et passer d’une fréquence de la troisième à la cinquième dimension afin de me livrer aux activités souhaitées. Je menais une existence heureuse et bénie, en compagnie d'êtres que je savais être les créateurs du véhicule que j’habitais. Ils étaient mes parents et je les aimais. L’harmonie était parfaite entre nous. J’ai vécu plus de dix mille années dans le même corps

Lorsque, après cette longue vie de bonheur, je suis partie vers d’autres horizons sur une autre planète et que je décidais ensuite de me réincarner en Lémurie, les conditions de vie avaient terriblement changé. Elles n’étaient qu’un pâle reflet de ce qu’elles étaient jadis ; ce qui était naturel et magique s’était profondément dégradé. Les habitants s’étaient éloignés de leur nature divine et des prodiges qui s’y rattachaient. Ils avaient abusé des privilèges liés au libre arbitre et avaient donné naissance à des émotions et des peurs inconnues. Les dons divins avaient été employés dans un but de domination, entraînant de multiples conflits. Cette vie écourtée par rapport à la précédente se déroula dans la quatrième dimension, la cinquième étant devenue inaccessible. Nous étions livrés à nous-mêmes sans les conseils de nos parents des étoiles qui avaient quitté la planète. J’appris les douloureux événements qui s’étaient produits, bien avant ma naissance, nous entraînant dans une chute de dimension. Certains humains s’étaient mis à envier les conditions apparemment supérieures de leurs parents. Ils se révoltèrent et les obligèrent à quitter la planète. Alors que de nombreuses vagues d’esprits avaient, jusqu’à ce jour, utilisé ce véhicule pour progresser, une réaction défavorable au développement venait de se produire, avec les conséquences funestes que nous connaissons.

Dans cette vie je m’étais réincarnée dans le corps d’une princesse qui disposait de pouvoirs. Il coulait en mes veines de ce sang bleu qui me conférait le respect de tous. J’avais conservé la capacité de communiquer avec certains de mes parents. C’est ainsi que j’appris les dissensions nées au sein des sept créateurs du véhicule, à la suite des événements douloureux passés. Pour certains, les troubles apparus devaient apporter une connaissance supplémentaire, mais pour d’autres, il n’était pas question de laisser les choses en l’état. Ils estimaient être en droit d’induire des redressements précis. C’est ainsi que l’accès à la cinquième dimension fut interdit aux humains. Beaucoup de nos pouvoirs disparurent alors. Nous étions peu nombreux à en avoir conservé quelques uns ; ils nous conféraient des positions enviables pour l’époque. J’étais considérée non seulement comme une princesse, de par ma naissance, mais aussi comme une grande prêtresse capable de converser avec les Dieux. Ceux qui vivaient jadis avec nous et que nous considérions comme nos parents avaient disparu des mémoires et ils étaient devenus des Dieux habitant dans les cieux.

Même si elle n’avait rien de comparable avec ce que nous avions connu, la situation offrait encore, dans cette quatrième dimension, des possibilités d’épanouissement et de progrès.

Malheureusement, il se produisit un schisme au sein des concepteurs. De par la loi cosmique, des esprits originaires de chaque groupe s’incarnent parmi l’humanité. Les esprits originaires de ceux qui souhaitaient conserver la main mise sur celle-ci accentuèrent leur pression. Les rivalités entre humains grandirent, avec une volonté farouche pour certains de dominer l’ensemble de la population.

Au cours de ma troisième incarnation sur ce continent je mesure les conséquences néfastes de la situation conflictuelle générée par ces attitudes. C'est une époque particulièrement difficile. Je vois, depuis le véhicule aérien que j’emprunte, le champ de ruines qui recouvrent mon pays. Je suis née dans une colonie lémurienne qui a survécu quelque temps après la catastrophe. Le conflit qui opposa mon pays à l’Atlantide fit un nombre incalculable de morts et ravagea le pays à un point tel qu’il est devenu un désert brûlé. Déjà quelques contrées se sont effondrées sous les eaux et nous savons le risque d’une possible disparition des terres meurtries par le conflit. Je prépare des refuges à partir des biens préservés dans nos colonies. Je participe à la construction de ce qui deviendra Télos, ainsi qu'au sauvetage d'un certain nombre de mes frères et sœurs des colonies qui ne supportent plus la domination atlante.

Je n’ai pas vécu l’engloutissement final de la Lémurie sous les eaux du Pacifique. Je ne porte donc pas en moi les souffrances liées à ce douloureux événement, mais demeure solidaire de ma chère patrie. Je suis heureuse d’avoir participé à la construction de son renouveau. Ceux qui n’ont jamais failli ont réussi à préserver en son sein la pure flamme d’amour de la Lémurie. Ils offrent à l’humanité entière, l’exemple de ce qu’il fallait faire. Grâce à eux, nous sommes aujourd’hui, de retour à la maison. Ils nous ont aidé et aident encore ceux restés dans les dimensions inférieures qui nous rejoindront un jour. Bien sur, nous ne pouvons forcer personne à revenir à la maison contre sa volonté. Chacun est libre d’ouvrir son cœur et son esprit et de vivre ou non dans un corps immortel. Celui-ci nous offre des aptitudes que nous avions oubliées, mais qui ne nous abandonneront plus. Nous n’aurons plus à mourir pour renaître sans cesse. Nous quitterons ce véhicule selon notre désir. Tous les attributs célestes que nous avions perdus nous ont été rendus, et j’espère que beaucoup d’humains restés dans les dimensions inférieures feront ce qui est en leur pouvoir pour nous rejoindre en ce paradis…

Voici, Claude, tout ce que je peux dire de mes souvenirs, du bonheur que je ressens et que je voudrais partager. Nous sommes des enfants de Dieu. Il suffit de le reconnaître et de s’aligner sur les qualités d’amour et de compassion qui sont les attributs essentiels du Grand Constructeur. Tout le reste n’est que déviations humaines, d’êtres en expérimentation loin de leurs origines.

Je quitte Annlyse avec regret. J'ai été heureux de la retrouver, si épanouie avec son compagnon de toujours et ses enfants restés près d’elle. Quelle différence avec les conditions parfois difficiles qui étaient les leurs dans cette dimension que personne ne regrette.
 

CHAPITRE 11 :  La toile de lumière

 

Dans son premier ouvrage, mon ami Isaac affirme que nous sommes des scientifiques mais que nous l'ignorons. Plus nous nous élevons dans les dimensions, plus nous comprenons la vérité de cette affirmation et découvrons que l'univers repose sur la gestion des lois universelles par des êtres hautement évolués.

J'ai été surpris lorsque j'ai découvert avec quelle minutie les Sages préparaient les expériences offertes aux humanités. La prévision est une science délicate. Elle est pourtant maîtrisée par ceux qui connaissent les lois astronomiques régissant les univers.

Voici près de deux cent mille ans, les Sages programmèrent une construction complexe, destinée au sauvetage futur de l'humanité. Sans cette méticuleuse préparation et le travail de milliers d'êtres, nous ne jouirions pas de cet éden merveilleux et toute vie eut été rayée de la planète.

Beaucoup d'énergie fut déployée pour concevoir les prototypes que nous sommes, conçus intelligemment dans un but spécifique. Ce véhicule physique, porteur d'une potentialité pour l'expansion des univers, n'a pas été créé pour aboutir à une impasse. C'est la raison pour laquelle, en parfaits scientifiques connaissant les lois de l'univers, les Sages, responsables de l'expérience humaine, mirent en place les conditions pour qu'une partie de l'humanité mène le corps maîtrisé vers d'autres réalisations et ne soit pas anéantie.

Il fallait pour cela, que la vague systémique qui déferlerait un jour au cœur du système solaire n'éradique, par sa puissance, les êtres qui demeureraient dans la troisième dimension.

Des milliers d'années avant l’événement, les Sages envoyèrent des scientifiques sur notre planète, afin de préparer la mise en place d'une toile de lumière destinée à atténuer la puissance de cette vague. Cinquante six groupes, venus de galaxies lointaines, joignirent leurs efforts, leurs connaissances et leur détermination pour aboutir à la construction d'un immense réseau planétaire qui créerait, en temps voulu, un champ électromagnétique capable de réduire la puissance de la vague afin de la rendre supportable aux véhicules humains.

Je fus époustouflé lorsque je compris qu'il existait une confrérie universelle regroupant des esprits en évolution, désireux de contribuer au maintien de l'harmonie au sein des univers. Ces esprits, sous la direction des Sages universels, travaillent à la sauvegarde des planètes en difficulté. Leur technologie intègre les rayons de lumière cristalline, atomique et solaire. Ils demeurent discrets et accomplissent la volonté des Hautes Instances.

C'est ainsi, qu'après Gobail, j'appris l'existence d'une ville intraterrestre où nos frères des étoiles étaient venus s'implanter, afin de participer à la mise en place de la toile de lumière qui allait permettre le passage en douceur vers les réalités supérieures.

Cette ville porte le nom de "Beau'anse". Elle fut construite par des frères originaires d'une lointaine galaxie au delà de la Voie lactée. Ils participèrent à la construction d'une partie de la toile de lumière, capable d'assurer le sauvetage de l'humanité et d'irradier ensuite la puissance aimante de l'univers. Toutes les cités intraterrestres, piliers et racines de la toile, se sont implantées par vague et véhiculent une qualité d'être : Gobail véhicule le concept de la douceur, Beau'anse, celui de la volonté...

Le processus de création, ses étapes, ses nécessités ou lois d'expression demande du temps et aucune phase ne peut être galvaudée sans compromettre l'assise de la création. Les gestionnaires énergétiques doivent, en premier lieu, choisir les lieux d'implantation des puits de lumière, prémices de la structure de la toile. Ils furent choisis avec beaucoup de soins.

Tous les points d'ancrage devaient rayonner leur qualité vibratoire vers la surface et, comme le grand plan de sauvetage de cette planète le prévoyait, pouvoir s'illuminer ensemble afin d'assurer leur rôle de protection.

La gestion universelle repose sur les lois scientifiques de la mathématique. Le choc vibratoire explosa quelques temps après l'allumage de la toile de lumière, dans le système solaire, électrisé par l'onde systémique, comparable à une charge électrique de cinq cent mille volts. Nos circuits électriques intimes avaient besoin de se gainer, de manière à laisser passer ce voltage, même réduit par le dôme mis en place...

Sans cette toile de lumière qui canalisa l'onde et la diffusa, en fonction des possibles pour nos corps humains, nous ne serions plus là pour relater l’événement. Toutefois, des chocs mentaux eurent lieu et certains humains eurent des difficultés à soutenir l'onde. Il fallait que nos circuits soient apaisés afin de se structurer sous l'impact. Un apport en magnésium et potassium, un nettoyage du foie nous avaient été recommandés, avec un retour à une alimentation légère.

Tout est question de conscience, de choix et de volonté. Les peurs et les doutes ne font qu'ouvrir des brèches dans nos énergies et n'aident pas à résoudre les difficultés.

Les secousses atmosphériques et les changements climatiques avaient été les prémisses de l'onde de choc. Après son passage, la toile de lumière, en liaison avec l'implantation de Cristaux Maîtres, amplifia l'énergie des cités intraterrestres et nous aida dans l'établissement d'une harmonie de groupe.

Nous eûmes, bien des années plus tard, la joie de rencontrer Aïnazé venu transmettre sa vision de la volonté, au service de l'évolution de l'être, lors d'une séance d'information, à la rotonde où j'enseignais.

Grand, mince, la chevelure ondulée blond foncé tombant jusqu'aux épaules, le visage reflétant la sérénité, il émanait de sa personne quelque chose d'intemporel.

"Je ne suis pas poète, nous dit-il en préambule, mais je suis habile à poser les bases de la volonté par le verbe. A chacun ses forces, ses facilités, ses atouts. Si nous étions tous semblables, personne ne remarquerait la qualité de l'autre. J'apprécie les talents des autres comme j'apprécie les miens. Autant se sentir à l'aise dans son vêtement de lumière.

Tout être installé dans sa puissance lumineuse ne subit ni n'impose une vérité et ne laisse aucune énergie d'attente derrière lui. L'entrée dans la relation avec les mondes de lumière doit s'établir sur la base de l'échange respectueux et non sur celui de l'attente et de l'emprise. Personne d'autre que soi n'est en mesure de changer le cours de sa vie. Mais le contact fraternel et respectueux avec des groupes ayant su maintenir de hautes qualités peut servir de référence et aider au choix. La fraternité ne profite pas de l'autre et ne joue pas avec.

Qu'il est vaste le chemin parcouru depuis cette époque, où nous nous interrogions sur le devenir de la civilisation matérialiste au sein de laquelle nous évoluions. Elle était à mille lieux de nous offrir un cadre d'épanouissement aussi gigantesque !

 

CHAPITRE 15 : L'éther

 

La plus grosse erreur scientifique du vingtième siècle fut certainement de nier l'existence de l'éther. Il est incroyable que des scientifiques aient pu croire que des astres se mouvaient selon des lois parfaites, dans le vide, sans aucun lien entre eux.

Cette erreur priva notre civilisation d'un progrès considérable. Si l'on se réfère aux seuls problèmes de l'énergie et du déplacement, cette connaissance aurait permis un bond d'évolution considérable. Nous aurions évité de brûler des énergies fossiles, en polluant notre planète.

Sur le plan philosophique, comprendre ce qu'est l'éther permet de se rapprocher de la compréhension de la création et du créateur.

Lors de l'inspiration, une dose d'éther, élément essentiel à notre vie, pénètre nos poumons. Bien qu'impalpable aux êtres denses, l'éther permet aux astres de se mouvoir. Au fil du temps, nous avons perdu cette connaissance fondamentale.

Par des joutes verbales savamment orchestrées, des êtres nous ont éloigné de la compréhension des lois scientifiques qui permettent de maintenir le corps en parfaite santé, grâce à cette énergie divine. Seules, quelques écoles, en ancienne Égypte, avaient maintenu cette connaissance et perpétué les techniques de soin l'utilisant.

Il est vital de comprendre que l'éther est un corps subtil extériorisé par le Sans Nom, base et support de toute la création. Il est le sang du grand constructeur et chaque étoile ou planète est une cellule véhiculée par ce sang.

Réintégrer la pensée que nous vivons dans le corps même du Sans Nom, sous sa haute et bienveillante protection, permet d'éliminer les peurs inscrites au cœur de nos cellules, par l'acceptation de pensées extérieures. Accepter l'idée que le Grand Architecte nous a offert une énergie, issue de lui-même, capable de subvenir à l'ensemble de nos besoins, constitue un énorme progrès.

Il fallut un certain temps à la plupart d'entre nous pour le comprendre et demander les clés solaires qui le permettent.

Nous étions redevables à cette énergie de nous avoir propulsés dans les dimensions supérieures, en agissant sur la rotation de nos atomes, levant les verrous apposés sur nos corps subtils. Un événement exceptionnel lié à une vague au sein de l'océan cosmique avait permis cette élévation.

Nous savons que nous passerons dans la sixième dimension et que l'éther sera, à nouveau, la clé qui le permettra. Découvrir le moyen d'utiliser cette énergie pour actionner les corps que l'âme nous a offerts est à notre portée...

L'éther nous relie à la vie du Sans Nom. Nous vivons dans la réalité de son corps. Cette information majeure permet de comprendre combien il est facile de cheminer sereinement dans la douceur et la paix de l'Origine. L'éloignement de cette réalité nous a fait construire des montagnes d'illusions jusqu'à imaginer un être anthropomorphique décidant pour chacun d'entre nous.

Chaque système solaire est une cellule du Grand Architecte et notre corps lui-même, est conçu à son image. Nous sommes un univers en miniature qui répond aux mêmes lois qui régissent le cosmos.

Dans ses ouvrages, Isaac nous a révélé la nature de notre véhicule façonné tel un soleil ou une planète, les corps subtils de la nature du soleil interne et le corps physique fait de l'écorce de la Terre. L'éther, sang de la divinité, irrigue et protège les deux corps.

Par un enseignement traditionnel j'avais appris la manière d’inonder mes cellules de cette énergie et d'apporter des soins aux personnes qui en avaient besoin. La seule conscience d'ingérer cette énergie et de la diriger par la pensée vers un organe permettait d'obtenir des résultats sur la santé du corps.

Aujourd'hui, condenser cette énergie par la pensée pour produire ce dont nous avons besoin est chose facile. Absorbé avec la nourriture que nous créons, l'éther fournit les éléments nécessaires à la vie.

Un jour, cette énergie réveillera l’embryon d'esprit caché au centre de mon cœur. Un message envoyé aux glandes situées dans mon cerveau stimulera la sécrétion d'une chimie particulière. Une régénération cellulaire subtile commencera permettant le développement de mon esprit au sein du corps régénéré.

Je ne suis pas encore parvenu à ce résultat, mais j'ai compris le processus qui me permettra de parvenir à l'illumination de l'être, puis de poursuivre mon ascension vers les sixième et septième dimension. Il me reste à découvrir les clés me permettant d'inonder mon être de cette bienfaisante énergie.

Dans sa quête alchimique, Isaac avait perçu le rôle de cette énergie vitale et révélé la technique permettant sa condensation au cœur d'une matière purifiée. Absorbée en faible quantité, elle lui permit d'atteindre le but que je recherche encore par la voie accessible à tous, la voie du cœur...

Je n'ai pas les aptitudes pour œuvrer par la voie alchimique, mais j'ai compris l'importance du regard/sentiment/pensée afin de percevoir les plus dures réalités sous leur aspect positif. Un regard bienveillant engendre des sentiments de paix, lesquels créent des pensées d'harmonie.

Face aux drames de la vie, j'émets des sentiments de compassion, projetant dans l'éther mes pensées qui rappellent sans cesse mon désir de voir éradiquer la souffrance. Si nous sommes nombreux à émettre le même désir, nous pourrons construire des scènes où la vie s'épanouira dans des conditions plus harmonieuses et agréables.

Mon rêve prendra un jour réalité, au delà de la cinquième dimension, au cœur des univers en création. Les futures humanités que je côtoierai n'auront pas à subir ce que nous avons enduré ici, sur cette planète si jolie, mais si meurtrie par la douleur de ses enfants. C'est aussi cela le pouvoir du rêve, permettre de créer les conditions de notre devenir.

Tout cela n'est pas une illusion. C'est une réalité scientifique. L'éther conserve les particules codifiées selon notre géométrie personnelle, émises par nos pensées, lesquelles servent de base pour encoder les futures réalités. Nous percevons ainsi notre contribution aux futurs cercles de vie.

Alors, rêvons juste et rêvons bien, car nos rêves créeront les conditions futures du théâtre de la vie. Nous y serons entraînés comme metteurs en scène, conformément à la loi de résonance et nous aurons la responsabilité de mener à bien les réalisations issues de nos rêves.

Prenons Urantia Gaïa pour exemple. De grands êtres déposèrent dans l'éther, le désir que nous dépassions les contraintes de notre véhicule et que nous créions, à cette occasion, une spécificité de l'amour qualifiée d'amour solaire. Ils imaginèrent le libre arbitre et l'isolement pour nous permettre de répondre à leur attente. Sans doute n'étaient-ils pas sûrs que nous parvenions à manifester cette forme nouvelle de l'amour servant de base aux univers en création. Aussi, certaines étincelles de vie plus expérimentées furent-elles sollicitées pour s'incarner sur la scène de théâtre et apporter leur expérience. Grâce à elles le but fut atteint et une partie de l'humanité passa dans les dimensions supérieures.

Il ne reste qu'à finaliser le tout en découvrant les clés qui permettront d'atteindre à l'harmonie au sein des univers. En effet, au delà de ce rêve, un rêve, plus important encore, se profile : permettre l'harmonisation du premier cercle de vie et son expansion.

Notre système solaire fut créé comme laboratoire commun aux sept supers univers, permettant le développement d'idées germes pour le second cercle atomique de vie. Cette phase est aujourd'hui dépassée. La seconde, en cours, permettra la sélection, parmi les résidents du système solaire, de dirigeants ou de metteurs en scène, capables de diriger les futurs acteurs des théâtres de vie. Une période de dix mille années s'ouvre devant nous pour répondre à ce choix parmi le corps des maîtres réalisés.

J'espère que nous serons nombreux à pénétrer ce corps et que cet ouvrage renforcera notre désir de le rejoindre. Nous œuvrerons ainsi à construire la paix, en acceptant la diversité, en participant au choix de l'harmonie au sein des futurs univers. Nous rejoindrons nos Frères et Sœurs de Vénus, Saturne et Jupiter qui nous ont devancés dans les dimensions élevées de la conscience. Ensemble, nous permettrons le couronnement de cette forme de l'Amour au sein de ce système solaire et construirons les bases expérimentales des univers en création...

J'ai compris le rôle et les fonctions de l'éther, l'importance des informations qu'il contient... C'est l'élément de communication qui nous relie à toutes les formes de la vie. Je sais maintenant que nous ne sommes jamais isolés de la vie universelle. En employant consciemment l'éther, en comprenant son rôle protecteur et régénérateur, nous devenons intouchables par des volontés extérieures et plus jamais nous ne tomberons dans les pièges où notre personnalité s'est si longtemps enlisée.

L'une des plus grandes manipulations du gouvernement obscur fut certainement de nous éloigner de cette connaissance. Du point de vue scientifique, cette ignorance nous a coupé de la possibilité d'acquérir une énergie libre et gratuite en tout point de l'univers, de construire des engins capables de dépasser la vitesse de la lumière et d'échanger avec nos frères et sœurs de l'espace.

Jadis, un de mes amis avait essayé de transmettre son expérience de chercheur. Je vais essayer de le retrouver. Peut être sera-t-il en mesure de partager avec nous ses découvertes et d’apporter des éléments de réflexion sur ce sujet si important...

 

CHAPITRE 16 : L'énergie libre.

 

Graphicus habitait une île de l'océan indien où il exerçait le métier d'ingénieur en électromécanique. Il désespérait parfois que son île, meurtrie par le déboisement et ses habitants par de terribles maladies comme le sida ou la malaria, ne puisse atteindre une ère de réelle prospérité. Il lui arrivait parfois de rêver. Lorsqu'il venait en France et me rendait visite, il me disait souvent :

« Comme j'aimerais que nous vivions affranchis de toute maladie, comme j'aimerais pouvoir me déplacer librement sur l'ensemble de la planète. J'aspire à des changements climatiques qui nous donnent un climat plus serein et une température plus douce. J'aimerais vivre dans un corps rajeuni, sans les actuels problèmes que je connais et qui m'obligent à des soins permanents. J'aimerais un autre confort et j'aspire à connaître la vie sur d'autres planètes... »

Mais Graphicus avait aussi un autre rêve...

Nous avions participé tous deux à une commission scientifique et, déjà, il s’intéressait à cette énergie libre qui, disait-il, est en mesure de révolutionner notre civilisation, d'apporter une solution à la pollution galopante de notre planète, et de répondre à nos besoins énergétiques croissants.

Il rêvait que ses propositions sur l'énergie libre soient prises en considération par la communauté scientifique...

Je m'envole vers cette île où mon ami réside encore. J'ai travaillé quelques années en ces lieux, à la construction d'une unité de production. Quel aspect a-t-elle pris, suite au changement dimensionnel ? Depuis le ciel, les terres arides, desséchées par le déboisement, se sont recouvertes d'une végétation luxuriante et multicolore. De vastes rivières s'étirent au milieu des forêts pour se jeter langoureusement dans une mer turquoise. J'aperçois, au centre de l'île, à l'endroit même où se dressait jadis la principale ville, une cité de lumière cristalline.

Graphicus habite au cœur de cette cité de lumière. Ma gravibulle se pose sur une plate forme d'atterrissage et une navette me conduit à son adresse.

C'est avec beaucoup d'émotion que nous nous retrouvons, après ces longues années de séparation qui menèrent vers les hauteurs de l'esprit.

Graphicus est méconnaissable tant il a rajeuni, mais il a conservé cette chaleur et cette douceur qui le caractérisaient si bien.

Nous en venons rapidement à parler de l'énergie libre, mais aussi des véhicules spatiaux sur lesquels il travaille aujourd'hui, de concert avec nos frères de l'espace.

Déjà, à l'époque, il avait proposé des solutions concrètes, pratiques, susceptibles de donner des résultats et de brillantes applications.

Voici ce qu'il disait :

« L'énergie libre est utilisable en abondance. C’est une source d’énergie renouvelable, disponible gratuitement, appelée "énergie du vide" ou "énergie du point zéro". C’est l’énergie électromagnétique contenue dans la trame de l’Univers. Elle est présente dans l’espace et la matière et occupe le vide qui nous entoure. Elle est illimitée et non polluante, tout comme le vent et le soleil ; son utilisation est gratuite et renouvelable. »

Les événements ne permirent pas à Graphicus d'expérimenter ses propositions. Je lui demande si elles sont mises en application ici, et sous quelle forme.

A l'époque, me dit-il, je n'ai pas compris qu'il s'agissait d'une transformation de l'énergie cosmique, de l'éther, sous la forme d'énergie électrique utilisable pour le fonctionnement de nos appareils. Les particules ou micros électrons, qui constituent l'éther, vibrent en opposition de phase lorsque le flux cosmique pénètre la terre pour se transformer en flux tellurique. Ainsi, si nous plaçons la plaque d'un condensateur dans l'air et l'autre plaque dans la terre, la plaque dans l'air se charge de micros électrons tandis que la plaque en terre se vide, du fait de l'opposition de phase. Nous avons ainsi un condensateur dont nous pouvons récupérer l'énergie. Ce grand expérimentateur que fut Tesla avait découvert ce principe et nous comprenons pourquoi il peut permettre la production d'électricité.

Nous n'utilisons plus d'énergie électrique et mes propositions n'ont plus lieu d'être ! Elles m'ont permis de comprendre la structure de l'espace et le rôle de l'éther dans la production de nos besoins, mais aujourd'hui je travaille à la construction de véhicules spatiaux, dans un centre situé à la périphérie de notre cité cristalline.

C'est aujourd'hui un réel plaisir de participer, en compagnie de mes frères et sœurs de l'espace à cette activité. Les harassantes journées de 10 heures, six jours par semaine que m'infligeaient des sociétés étrangères à notre pays, en discrimination avec leurs propres concitoyens, pour un salaire de misère, n'ont plus cours. Je participe 20 heures par semaine à ces activités librement consenties et tout ce dont j'ai besoin m'est offert. Les rêves que nous évoquions jadis se sont réalisés.

Puisque tu connais la technologie de déplacement à des vitesses supra luminiques et que tu participes à la construction d'engins de déplacements interstellaires, peux-tu me révéler la technologie utilisée ?

Tu sais, me dit Graphicus, aujourd'hui il n'y a plus de secret et tout peut être révélé sans courir le risque d'espionnage au profit d'une autre nation. Aussi est-ce avec plaisir que je réponds à ta question.

Nos véhicules sont pourvus d'un générateur de positons. Ils ont la propriété d'attirer les particules constituant l'éther. Placés à l'avant de l'appareil, ces générateurs créent un vide engendrant une formidable poussée sur l'appareil. Les positons ayant captés les particules de l'espace s'écoulent le long de l'appareil.

Mais ces poussées ne sont-t-elles pas préjudiciables pour le corps physique demandai-je à mon ami ?

Absolument pas ! C'est l’aspect génial de cette technologie. Le vide créé devant l'engin par la projection des positons génère un flux de particules cosmiques qui s'écoulent dans le sens de notre déplacement. Ce flux exerce une poussée aussi bien sur les atomes de l'engin que sur les atomes de notre corps. Il n'y a donc aucune pression de l'un par rapport à l'autre, puisque les deux sont entraînés à la même vitesse.

Par ailleurs, nos engins peuvent dépasser la vitesse de la lumière. La vitesse limite, mise en avant par la théorie de la relativité, n'existe pas, grâce au vide créé devant nos engins. Nous savons aujourd'hui que celle-ci est liée à la densité des particules du milieu. C'est l'une des données manquantes à cette théorie qui, si elle permit de grands progrès, engendra aussi une stagnation, laissant croire que l'éther n'existait pas.

Graphicus me propose le survol de son île dans l'un des engins sur lequel il travaille. Son silence, sa maniabilité, sont vraiment impressionnants ! Et j'ai la surprise de ma vie. Graphicus, après avoir survolé l'île me propose de passer dans la sixième dimension. Surpris, je lui demande comment cela est possible. Il m'explique que le réglage du flux cosmique au travers de notre corps, par l'intermédiaire du générateur de positons modifie la fréquence de nos atomes et qu'au-delà d'une certaine vitesse nous passons dans la fréquence suivante. Tous les voyages interstellaires, me dit-il, se font dans la fréquence de la septième dimension. La matière devient si légère qu'il est possible d'atteindre des vitesses inimaginables pour des esprits de troisième dimension.

C'est ainsi que j'expérimente, pour la première fois dans la compréhension des principes du transport intergalactique, un court voyage qui nous emmène jusqu'à la lune que nous contournons, nous offrant la possibilité d'admirer sa face cachée.

A notre retour sur l'île, nous retrouvons la fréquence de la cinquième dimension. Je reprends le lendemain ma gravibulle pour un retour moins rapide mais cependant très confortable, vers ma demeure, au bord de la méditerranée.

CHAPITRE 23 : Les Médiateurs

Les multiples manipulations effectuées sur l'humanité la plongèrent longtemps dans une dimension de stagnation où la paix était exclue.

Les transformations n'auraient pu se faire sans le groupe des médiateurs et Urantia Gaïa, porteuse d'une grande destinée, n'aurait pu s'ancrer dans son identité divine.

Incarnés au sein de l'humanité, les êtres qui appartiennent à ce groupe fournirent le plus gros effort afin de maintenir la vision universelle, au cours des événements vécus avant le premier saut dimensionnel.

Immergés dans la relation universelle, ils eurent parfois de sérieuses difficultés à comprendre les attitudes de nonchalance de beaucoup d'humains. Ils durent accepter les souffrances liées à la lourdeur des énergies de basses fréquences et constater le décalage des conceptions.

Les différentes compréhensions des vision et volonté divines, représentées par les multiples religions, ne permettaient guère l'élévation de l'être. Beaucoup d'humains, ayant tourné le dos aux lois universelles depuis si longtemps, éprouvèrent de sérieuses difficultés à engager les modifications qui leur auraient permis de s'élever. C'est la raison pour laquelle beaucoup demeurèrent dans le chaos de la troisième dimension, avant de quitter la planète pour des zones de même réalité mais plus sereines où ils poursuivent leur évolution.

Ce groupe d'enfants universels, médiateurs par naissance, s'est retrouvé au sein des lémuriens et atlantes réincarnés. Nous connaissons ces deux groupes humains qui s'affrontèrent dans un conflit dévastateur qui fit plus de trois cents millions de morts. Les situations vécues au cours des 20ème et début 21ème siècles visaient à régler l'opposition de ces deux peuples, par l'intermédiaire des médiateurs qui s'étaient mêlés à eux, en tout anonymat.

Le but était d'installer la paix sur Urantia et démontrer l'inutilité d'affrontements conceptuels menant à des conflits destructeurs. Il devait aussi permettre à un maximum de lémuriens et d'atlantes de s'harmoniser sur la vision élevée du devenir de la planète.

La volonté d'agir sans dialogue, sans partage, sans respect de l'autre a placé jadis ces deux groupes en dehors de l'harmonie universelle. Heureusement, une partie de chacun d'eux s'était désolidarisée des attitudes de conflit pour former les communautés lémurienne et atlante intraterrestres qui participèrent, avec les médiateurs, au retour de la lumière.

Ancrés dans la fraternité intraterrestre, ces deux groupes répondirent aux sollicitations du prince planétaire et influencèrent favorablement leurs frères et sœurs restés en arrière. Les lémuriens reçurent les informations nécessaires pour comprendre l'utilité des technologies vivantes universelles et les atlantes furent invités à se pencher sur leur élévation spirituelle.

Ces deux groupes humains, invités à se débarrasser des lests encombrants au cours des événements que nous avons connus, répondirent plus ou moins favorablement aux sollicitations des médiateurs et des groupes intraterrestres. Mais il ne fallait pas s'attendre à des miracles. Certains ont franchi le seuil, alors que d'autres poursuivent leur évolution sur des planètes de troisième dimension.

Le temps de l'idéologie lémurienne ou de l'hyper technologie atlante aliénant le vivant est enfin révolu. Le test a eu lieu, les chances ont été offertes à tous. Dorénavant, nous sommes embarqués dans un travail d'harmonisation et de transmission des connaissances acquises pour le profit d'êtres en quête d'ascension et d'humanités naissantes.

Après avoir œuvré pour l'harmonie au sein des communautés atlante et lémurienne, le groupe des médiateurs œuvre aujourd'hui pour que l'humanité de la cinquième dimension collabore avec les généticiens, créateurs du véhicule humain, sur des bases égalitaires et fraternelles et que tous agissent pour l'instauration d'une paix durable et le retour de l'harmonie au sein des univers.

Nous attendons beaucoup des propositions faites par les médiateurs pour favoriser cette collaboration et espérons qu'elles seront acceptées.


CHAPITRE 24 :  Les généticiens, concepteurs de notre véhicule.

 

Un groupe de scientifiques, généticiens expérimentés, créèrent un prototype qui devait correspondre à des critères parfaitement définis. Ils utilisèrent des cellules souches provenant de leurs corps, non pour construire des clones d'eux mêmes, mais pour introduire des qualités de leur personnalité dans le véhicule, fruit de leur collaboration. Multiple par ses origines, notre corps verra grandir notre esprit aux côtés de notre âme en unissant préalablement la multitude de dons transmis par ces généticiens.

Pour retrouver ces dons, nous devons reconnaître les inters réactions induites par nos créateurs et attirer notre Merkaba en fusionnant leurs énergies multiples par l'intermédiaire des triangles sacrés qui nous relient à eux. Nous atteindrons l'état de Maître ascensionné couronné en intégrant les sept parties du corps et de la personnalité qu'ils nous ont transmises.

1 - Les Pléiadiens.

Nos frères et sœurs des Pléiades viennent de la constellation du Taureau. Leur physique n'est pas très éloigné du nôtre. Souvent blonds, avec de grands yeux bleus, ils ont une peau claire à reflets bleutés, les pommettes saillantes et une taille un peu supérieure à la nôtre. Certains ont une chevelure rouge et une peau très lumineuse. Les émotions qu'ils éprouvent sont similaires aux nôtres et il est facile d'établir une collaboration avec eux. Peut être est-ce la raison pour laquelle, parmi nos créateurs, ils furent les premiers à nous contacter.

Ils disposent de la capacité de voyager d'une dimension à l'autre sans difficulté, ce qui leur permet des échanges culturels nombreux et variés avec les civilisations qu'ils contactent, auxquelles ils transmettent d'utiles connaissances sur les possibilités d'élévation. Ce sont de véritables Maîtres d'information.

Ils maîtrisent les énergies solaires et nous leur sommes redevables, au sein du véhicule que nous utilisons, de la capacité de créer ce dont nous avons besoin par l'intermédiaire de l'énergie cosmique. Ils sont venus nous aider à retrouver les clefs solaires. Par une approche douce et graduelle, ils nous invitent à reconnaître les aspects de notre histoire commune.

2 - Les Dragons.

Les premiers empereurs chinois proclamaient qu'ils descendaient des Dragons, aussi n'est-il pas étonnant de voir ces êtres, considérés comme des Dieux, vénérés par le peuple chinois. Selon nos légendes, le dragon ressemble à une sorte de gigantesque reptile écailleux capable de cracher le feu et de voler grâce à de gigantesques ailes semblables à celles des chauves-souris.

Symboles de vie en Chine, protecteurs en Indonésie et en Grèce antique, ravisseurs de princesses médiévales, nos frères Dragons ont laissé un souvenir plus ou moins déformé qui s'est perpétué jusqu'à notre époque. Les plus anciennes traces connues de ces êtres remontent à six mille ans. Dans une tombe néolithique de la province du Hénan en Chine, la forme représentative d'un dragon fut découverte au côté du défunt.

En fait, nos frères Dragons, Maîtres généticiens, ressemblent peu à nos images mythiques de dragons terrestres. Cette grande famille se décline sous l'apparence de plusieurs robes d'expression en relation avec les couleurs de l'arc en ciel. Ainsi il en existe des rouges, jaunes ou verts... Leur couleur caractérise la qualité du feu qu'ils représentent.

Une hiérarchie existe au sein de chacune de ces familles. Si nous prenons l'exemple des Dragons émeraude, certains ont la charge d'éloigner les curieux et protègent les portes de l'Agartha. Jadis, lorsqu'ils vivaient parmi nous, ils jouaient fréquemment ce rôle de gardiens en protégeant les sites sacrés. Mais leur rôle ne s'arrête pas à cette seule fonction.

Ils surveillent aussi le degré de notre évolution et sont en mesure de favoriser nos progrès. La fraternité de l'émeraude à laquelle appartiennent les Dragons verts détient l'une des clés finales de notre évolution. Nous aurons, un jour ou l'autre, lors de notre ascension, rendez-vous avec cette famille.

Chaque chakra ou roue d'énergie de notre corps communautaire leur est relié. Les Dragons émeraude demeurent les gardiens de l'identité fluidique du feu et nous ont légué notre centre d'énergie, le sacré où siège la kundalini. Ce terme sanskrit désigne une puissante énergie lovée dans le sacrum. Lorsque la kundalini s'éveille, elle monte le long de la colonne vertébrale jusqu'à la fontanelle, permettant l'harmonisation et l'ouverture des chakras placés sur son chemin. Elle participe à l'éveil spirituel et à la plus haute conscience de soi, ouvrant des portes en direction de mondes hautement spirituels.

3 - Les Reptiliens.

Les Reptiliens ont laissé des empreintes de leur passage dans d'anciennes civilisations qui se sont épanouies sur notre terre, comme la civilisation mésopotamienne.

Mesurant de 1,7 à 3 mètres de hauteur, ces êtres à la peau verte ou blanche, disposent de pieds et de mains palmées, de grands yeux protubérants aux pupilles verticales, d'un corps recouvert d'écailles et certains ont une queue semblable à celle des reptiles. Ils disposent de quatre doigts à chaque main et de trois orteils aux pieds, avec de longues griffes. Leur apparence demeure humaine dans l'ensemble. Les femmes, en particulier, disposent de seins comparables à ceux des femmes de notre race.

Leur apparence physique provoque fréquemment chez nos frères et sœurs le dégoût et la répulsion. Les raisons, profondément inscrites aux cœurs des gènes, résultent des manipulations génétiques qu'une partie de cette race a exercées à l'encontre de notre véhicule. Ce sont eux qui influencèrent le plus notre évolution. Les tablettes sumériennes parlent d'une race de Dieux qui apportèrent des connaissances avancées et créèrent une race hybride d'où seraient issus les dirigeants royaux qui créèrent les cultures qui fleurirent dans les régions de Sumer, de Babylone, d’Égypte et d'Afrique.

La race du serpent était présente dans les anciennes cultures et l'était de manière voilée au cœur de la classe dirigeante qui gouvernait le monde avant qu'il ne s'écroule. Nous fûmes enfermés par leurs soins dans une prison vibrationnelle capable de nous restreindre à la seule dépendance des sens physiques. Les expériences conflictuelles que nous vivions se répétaient sans cesse et sans l'appui de forces extérieures, jamais nous n'aurions pu briser le cercle temporel dans lequel ils nous avaient enfermés.

Ces descendants reptiliens incarnés pour la plupart dans des véhicules humains, parties intégrantes des classes dirigeantes de la planète, ne pouvaient accepter que nous leur échappions. Jusqu'au dernier moment, ils essayèrent, par tous les moyens, de nous maintenir dans les basses fréquences.

Ils nous ont légué une partie de leurs gènes et nous leur devons notre cerveau reptilien. Au niveau anatomique, ce cerveau correspond au tronc cérébral et constitue le haut de la colonne vertébrale. Protégé en profondeur, il résiste à la plupart des traumatismes crâniens et permet la survie, grâce aux comportements primitifs qui assurent les besoins fondamentaux. Il gère d'importantes fonctions, comme la respiration, le rythme cardiaque et la température corporelle. Il est le gardien de réflexes innés et de l'instinct de conservation. Il dispose de programmes qui provoquent, lors d'une même situation ou d'un même stimulus, des réactions immédiates, des réflexes de sauvegarde.

Chez l'homme, ce cerveau reçut l'impact des attitudes reptiliennes de domination et de pouvoir, en engendrant haine, peur et hostilité à l'égard de ceux qui n'appartiennent pas au même groupe. Il prend parfois le dessus sur les autres parties du cerveau et engendre des comportements imprévisibles.

Nous aurons besoin de nos frères reptiliens pour régler ces comportements et assurer un contrôle parfait de toutes les parties de notre cerveau. Il existe, au sein de cette race, comme dans la race humaine, des êtres hautement évolués, capables de nous aider sur le chemin de notre retour vers la lumière.

Ceux qui demeurèrent englués dans les méandres de la personnalité et du désir de pouvoir sur les autres sont partis rejoindre d'autres espaces de vie. Aujourd'hui, nous collaborons avec les seuls êtres évolués de cette race.

4 - Les Sauphids.

 

EPILOGUE

Les Oasis de lumière

 

Cet ouvrage est consacré aux oasis de lumière. Elles aideront, dans le futur, au passage vers d'autres réalités. C'est ce qu'explique Soria dans ses ouvrages :

« Les oasis de lumière seront implantées partout sur le globe pour offrir une respiration au mental, à l’esprit et au corps ; ce seront des lieux de partage fraternel où chacun fera don de ses capacités.

Nous vous transmettons la Charte de Vie de ces lieux, Oasis de Lumière dans la transformation :

- Je me reconnais comme être de lumière et je reconnais cette lumière de chacun.

- Je suis autonome, rempli de dons que j’offre à tous.

- Je suis reconnaissant de la fraternité et du respect reçu, et je les retourne.

- Je contribue à l’ancrage des lois universelles.

- J’œuvre au changement du regard-sentiment-pensée planétaire en observant mes fonctionnements personnels.

Aussi, si vous vous sentez concernés par la création d’un tel lieu, cette charte de Vie devient la vôtre. Elle demeure fondamentale et accessible à tous.

Dans ces lieux de Vie arriveront des énergies-informations en provenance des autres bibliothèques vivantes. Ces Oasis de Lumière seront reliées directement au cœur des Sages de ce système solaire et du centre de la Terre. Par cette jonction, ces lieux deviendront progressivement des vortex de lumière puissants où la base de la fraternité universelle sera bien installée. Alors, le savoir universel s’y déversera de manière à guider fermement le devenir de ces sas de Lumière.

Rappelez-vous, il y a fort longtemps que vous avez travaillé à déposer ces germes d’idées dans la matrice éthérée de cette planète. Aujourd’hui, ils sont prêts à vivre, avec vous dedans. Ces lieux sont votre œuvre commune afin d’élever de nouveau Urantia dans les quatrième et cinquième dimensions de son état d’être.

De toute façon, vous connaissez les énergies véhiculées vers eux puisque vous avez déjà vécu des répétitions sur des planètes mineures. Vous possédez donc dans vos cellules la mémoire appropriée de cette réalité. Tout naturellement, vous engendrerez les réactions adéquates. Afin d’être prêtes à répondre à tous vos besoins, les autres bibliothèques vivantes transfusent des connaissances liées aux Oasis de Lumière Universelles.

La matrice de Vie donne la substance à la mise en place de la trame éthérée et physique où vous pourrez tous voyager de la troisième vers la quatrième dimension. Certes, une période d’adaptation devient obligatoire pour vivre cela. Néanmoins, c’est une des sous-phases du Plan Cosmique descendant sur Urantia Gaïa en vue de la réintégrer dans la haute vibration des Étoiles.

Tous les scénarios se dérouleront simultanément en cette période de trouble. Vous qui venez de certaines des bibliothèques vivantes, souvenez-vous de ces étapes, éveillez vos codes d’information sommeillant au plus profond de vous. Les Oasis de Lumière deviendront les portes et les sas de pénétration des dimensions supérieures. Au moment où ils seront tangibles et pleinement en œuvre, le chaos et l’effondrement de ce moule de société seront également manifestés.

Si l’on reprend la trame de Vie actuelle, d’un côté, un moule de société agonisant, mais actif, détruisant toute forme de liberté d’expression et de création… de l’autre, une petite cellule de Vie, active et appelant les Lois Divines. Cette cellule se débat afin de recevoir un plus grand flux lumineux ; au bord de l’asphyxie, elle tient toutefois assez longtemps pour se faire remarquer des Sages. Nous réactivons votre organe de pensée et lui rappelons son contrat : participer de près ou de loin à la mise en place des Oasis de Lumière.

Les piliers de Lumière se devaient d’être solidement ancrés dans la volonté de rétablir l’harmonie cosmique sur cette planète. Sans cette volonté, nous ne pouvions faire descendre les racines des Oasis de Lumière.

Ces lieux auront pour vocation de recevoir en de courts laps de temps des gens en difficulté et de leur offrir un toit provisoire. Bientôt vos lieux de vie actuels traverseront des climats perturbés occasionnant des pertes de tous genres sur le plan physique. Avant même que ces événements n’éclatent dans votre monde, nous répondons en préparant des refuges.

Comme votre conscient vit aujourd’hui sans se préoccuper du bien-être des proches, Urantia et ses ides climatiques vont vous rappeler au bon sens de la fraternité. En ce moment, vous ne savez pas partager malgré une abondance extrême, mais vous allez apprendre à le faire dans un dénuement et dans l’urgence. L’égoïsme humain en prendra un coup et cela sera bien pour votre avenir.

Ne nous voyez pas comme des oiseaux de mauvais augure, car nous ne sommes aucunement les créateurs de vos turbulences, lesquelles naissent plutôt de vos pensées. Nous venons simplement vous soutenir. Alors, oui, nous désirons vous voir réagir à ce projet de soutien à partir du cœur. Envoyez votre lumière à ces oasis ; les anges assumeront sa gestion en vue d’activer l’ancrage de ces lieux et de les voir naître dans votre monde. »

Soria parle de climats perturbés occasionnant des pertes de tout genre sur le plan physique. Des faits plus importants encore ont une grande probabilité de se produire dans le futur. Les études scientifiques que nous avons menées nous le laissent penser. En effet, nous constatons depuis quelques années des modifications importantes dans le champ magnétique terrestre ainsi qu'une forte augmentation du pouls de Schumann qui mesure la fréquence de la charge et de la décharge électrique de la terre.

Les deux astrophysiciens Thornhild et Talbott émirent la théorie de l'univers électrique. Certaines prédictions de cette théorie furent validées en 2005 lors de l'impact de la sonde Deep Impact avec la comète Tempel.

Nos travaux nous ont amené à confirmer cette théorie. En nous appuyant sur de nombreuses expériences de physique, nous avons démontré que le milieu cosmique était constitué de microparticules ayant une charge électrique négative, des micros électrons en quelque sorte. Isaac Plotain en parle dans ses ouvrages.

Sur la base de ces travaux, nous pensons que notre planète risque de fortes perturbations électromagnétiques dont les deux paramètres, champ magnétique et Pouls de Schumann, mesurent les variations.

Imaginez que sous l'influence de ces variations, tous les systèmes informatiques du monde soient perturbés au point de ne plus pouvoir fonctionner. Toutes les industries seraient à l'arrêt, ainsi que les systèmes de vente en supermarchés.

Les plus touchés seraient les citadins et, partout sur la planète, nous assisterions à un exode massif vers les campagnes où seront implantés les Oasis de Lumière. Avant que des conditions normales ne se rétablissent, nous devrons être solidaires.

Je vous invite à porter la plus vive attention aux Oasis de Lumière dont nous avons appris la future nécessité par les écrits de Soria.

Je vous remercie du fond du cœur d'avoir lu cet ouvrage. J'espère qu'il vous a permis de comprendre que vous êtes, aux yeux de l'univers, un être merveilleux, qu'il vous sera donné de retrouver, un jour, ces magnifiques capacités du corps humain que j'ai évoquées et que vous pourrez éliminer toute souffrance de votre chemin de vie.

Je formule pour vous et tous ceux que vous aimez, mes vœux les plus sincères pour que vous atteigniez ce but le plus rapidement possible.

 

Claude Delarose.
 

Comment commander cet ouvrage pour profiter de l'intégralité du récit :

1 – Le livre (19 euros):

       a – Adressez-vous de préférence à votre libraire. Demandez "Oasis de Lumière" par Claude delarose aux éditions Mélibée.

      b – Si vous souhaitez commander par Internet : 

https://www.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=oasis+de+lumi%C3%A8re&sft=1&sa=1

2 – L'ebook : informez-vous sur cette possibilité auprès de  Claudedelarose@free.fr  qui vous donnera les informations.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


compteur de visite html

Date de dernière mise à jour : 06/12/2017