Eliminer les mémoires encombrantes.

Il est plus facile d'échanger et de partager lorsque l'on a vécu des expériences similaires. C'est un fait indéniable !  Il m'a été demandé si j'avais des souvenirs de mes vies antérieures. 

Afin que ma réponse soit suffisamment claire, il me faut expliquer qu'il existe, selon moi, deux phénomènes bien distincts liés à nos vies antérieures. Le premier fait partie de ce qu'il est convenu d'appeler "Mois interdimensionnels". Lors d'une vie, même si cela peut paraître incroyable, l'intégralité du vécu, y compris le monde extérieur, s'inscrivent dans une matrice qui fait partie intégrante de nos corps psychiques de troisième dimension que nous déposons lors de notre passage de l'autre côté du voile. Le second est lié aux évènements marquants, ceux qui nous créent de fortes émotions qui s'inscrivent non seulement dans la matrice précitée, mais aussi  dans le corps émotionnel.

 Ce corps émotionnel est immuable et nous l'utilisons de vie en vie. Il influence fortement notre psyché. Par contre, lors d'une nouvelle naissance, nous utilisons une matrice vierge. Mais, si nous le souhaitons et le jugeons utile pour notre futur enseignement, nous pouvons y inscrire une partie de la mémoire de nos matrices antérieures. Pas l'intégralité, cela serait impossible !

 Il faut donc distinguer la partie mémorielle, malheureusement la plus fréquente, liée aux fortes émotions inscrites dans le corps émotionnel, que nous appelons "sacs mémoriels" et les souvenirs de notre passé que nous avons décidé de conserver en vue de l'enseignement qu'ils ont à nous apporter dans cette présente vie.

 C'est à chacun de nous de faire la part des choses et de comprendre l'influence des inscriptions et chocs émotionnels vécus dans le passé qui nous influencent aujourd'hui.

 Autant il est utile et constructif d'utiliser les souvenirs capables de nous aider, autant il est fondamental, vital et impérieux pour notre devenir, d'éliminer les sacs mémoriels encombrants qui créent en nous des sentiments de honte, culpabilité ou peurs.

 Pour quelle raison ?

 Pour la bonne et simple raison que nous ne pourrions survivre dans les dimensions supérieures avec ces lests encombrants. La subtilité de ces dimensions est telle que les mémoires inscrites en nos corps ne sont plus ignorées et qu'il nous serait difficile de vivre avec de tels souvenirs, si nous ne les avions compris, puis éliminés.

 Comment faire pour les éliminer ?

 Il existe différentes techniques. Je vais parler de celle que j'ai utilisé. Je savais depuis longtemps que mon "libre arbitre" n'autoriserait aucun "médecin du ciel" à intervenir dans ma vie présente si je n'en faisais la demande préalable et si je ne répétais cette demande plusieurs jours de suite.

 Un soir, "Ils" sont venus. Je les ai perçus comme de petites lumières dans ma chambre et je les ai senti travailler sur moi. J'avais l'impression que l'on me passait un rouleau sur le corps. Le lendemain soir, ils sont revenus. Je les ai perçus de la même manière et j'ai ressenti le même effet. J'ai alors entendu une voix qui me demandait si je souhaitais voir. Je me suis entendu répondre "oui" et, immédiatement, j'ai revécu une douloureuse scène de l'une de mes vies passées. J'ai compris alors les raisons de mes anxiétés liées à ce douloureux souvenir. Il me fut demandé si je voulais encore voir, mais j'ai répondu, cette fois "non !". Après quelque temps, ils me présentèrent un livre en me demandant de bien vouloir en tourner les pages. Je fus surpris de ne voir que des pages blanches. Ce n'est que plusieurs jours plus tard que je compris que ces médecins du ciel avaient appliqué ma volonté de ne plus être lié à ces douloureux souvenirs du passé et que la mémoire avait été éliminée de mon corps émotionnel.

 Si ces mémoires encombrantes doivent être éliminées, d'une manière ou d'une autre, par contre, l'autre partie des souvenirs non traumatiques que nous avons décidé de conserver en cette vie présente, nous prépare à un phénomène que nous vivrons tous, lié à l'intégration de nos Mois interdimensionnels afin de construire l'être ascensionné que nous deviendrons un jour.

 Cette intégration ne se produit pas du jour au lendemain. Elle est lente et progressive. Il nous faut, pour cela, prendre la place de l'un ou l'autre de nos Mois, afin de lui transmettre les enseignements et les compréhensions que nous avons acquis. Il s'agit réellement d'un voyage dans le temps et d'une réelle modification de notre passé afin de l'apaiser.

 Quand tout cela est accompli, que nous avons une vision totale et apaisée de tout ce que nous avons vécu, l'être ascensionné est en voie de concrétisation.

 Je viens de vous transmettre les enseignements de Soria dont il me semble avoir perçu la valeur.

 Pour ma part, je n'ai, contrairement à beaucoup, aucun réel souvenir de mes vies antérieures. Je sais simplement qu'au hasard de mes rencontres dans cette présente vie, j'ai croisé des êtres qui m'ont affirmé avoir été parmi mes élèves dans le passé, à tel et tel endroit, à telle ou telle époque. Cela est peut être possible, mais contrairement à ce qu'ils m'affirmaient, je n'en avais pas le souvenir. Ma vie actuelle est tellement tendue vers mon présent et mon futur qu'il me semble avoir décidé d'occulter pour l'instant mon passé.

 Par contre, si certains ont décidé d'avoir ces souvenirs et d'être des "enfants mémoire" c'est, à n'en pas douter, pour de profondes raisons. La première est, il me semble, de permettre de comprendre l'importance du "Jeu de la vie". De comprendre qu'il n'y a, en réalité aucun bien ni aucun mal, qu'il n'y a qu'un "Jeu" que nous construisons pour nous permettre de comprendre l'importance et la valeur d'un sentiment ou d'un état.

 Nous expérimentons, en notre univers, tous les états qui se rattachent à l'Amour. Mais comment comprendre cette qualité d'être du grand constructeur sans expérimenter son contraire ? Comment apprécier le bonheur de faire partie d'une "âme groupe", sans avoir expérimenter la séparation, l'isolement et la solitude ?

 Nous sommes les juges de la profondeur de ce que nous voulons expérimenter. Nous sommes les créateurs de nos expériences de vie, en total accord avec nos partenaires. Le jour où nous comprenons cela, nous disposons de la clé capable d'éliminer de nos mémoires encombrantes ce sentiments de culpabilité que nous ressentons au souvenir des actes que nous considérons "mauvais", mais qui n'ont rien de "mauvais", puisque librement consentis par tous les acteurs et que ces actes ne visent que l'enseignement et le progrès de l'être. Je sais qu'il est difficile de comprendre cela et de voir en des actes cruels des actes d'amour. Nous examinerons les raisons de la souffrance générées par ces actes et nous nous interrogerons sur la réelle valeur de cette souffrance.

 Auparavant, je rapporte quelques paroles de Soria qui éclairent mon propos :

 "Des images vous révéleront votre passé. Celles-ci ne seront pas toutes harmonieuses, ni idéales ou à idéaliser, mais quand cela sera, souriez car, dans ces instants là, sachez que vous aviez décidé d'expérimenter tel ou tel type d'énergie afin de faire un choix. Il faut avoir vécu le fait d'enlever la vie afin de savoir si cela nous plaît et si un autre choix s'offre à nous".

 Il fut un temps, dans le passé de la Terre où un groupe d'êtres décida de retenir la souffrance comme moteur d'évolution. Ils en entraînèrent beaucoup d'autres dans ce choix. Si nous regardons cette humanité, nous constatons qu'en dehors des Maîtres installés dans leur centre, lesquels nous servent de guides, tous les autres sont immergés dans la souffrance, certains plus que d'autres, en fonction du cheminement et des choix effectués.

 Je convie chacun d'entre nous à délaisser ce moteur d'expérience, à quitter la dualité de l'ombre et de la lumière pour choisir la lumière de vie, seule garante d'expériences amenant au progrès, sans souffrance ni traumatisme. En émettant notre volonté d'abolir la souffrance, nous permettons l'ouverture de zones mémorielles jusque là fermées et nous apaisons les souvenirs douloureux que nous pouvons encore avoir.

 Nous pouvons parvenir au lieu de notre propre choix. N'oublions pas que nous sommes tous, les créateurs de notre devenir.

 Je rêve de ce monde où nous communiquerons tous par l'esprit, dans la franchise et la transparence, où toutes les beautés seront manifestées par notre volonté et où notre douceur attirera les esprits en quête de ce moteur d'évolution. Je sais que beaucoup partage ce rêve. Peut être collaborerons-nous dans le futur pour qu'il devienne réalité...

 Claude Delarose.