Maha et le "Haut Conseil".

Alors que je ne connaissais pas le philosophe Plotin, une nuit, j'ai rêvé de lui. J'ai entrepris des recherches sur sa vie et découvert qu'il était en relation avec un autre philosophe, Mani, conseiller du roi de Perse, Shapur 1er. Je suis allé en Perse, aujourd'hui l'Iran, sur ses traces... Mani est le réformateur du Zoroastrisme. Il est à l'origine du manichéisme dont le Catharisme reprit la doctrine. 

Mani fut le fil d'Ariane qui me conduisit à la recherche de celui que la Tradition nomme le "roi du monde". Cet être, dont le véritable nom est Maha, participe de ce plan, mais il est aussi de cet autre plan que certains définissent comme étant un "Plan neutre", ce plan que la Tradition nomme "Shamballa", "Bélévodié"" ou "Ile Blanche". 

J'appris qu'il était possible de passer de notre plan à ce plan neutre par l'intermédiaire d'une porte de passage qui s'ouvre sous l'action conjuguée de courants cosmiques et telluriques. Il n'est pas étonnant que les Druides se soient tant intéressés à ces courants et que les chevaliers du Saint Graal et de la Table ronde soient partis à la recherche de ce lieu mythique... où le temps s'arrête et où l'on ne vieillit plus. 

Notre monde, en apparence anarchique et chaotique, est pourtant guidé et surveillé. Il offre suffisamment d'espace de liberté pour que les scènes de vie permettent l'évolution individuelle au sein d'une humanité à la découverte de ses origines. Mais les étapes sont préétablies et Maha, assisté du Haut Conseil, surveille et guide le monde. 

La tradition n’a jamais cesser de faire état d’un gouvernement occulte du monde et bien des noms lui ont été donné au cours des âges, bien des résidences aussi. Au 19ème siècle, Saint Yves d’Alveydre, pour la première fois peut-être d’une manière aussi explicite et précise, s’y référait avec force détails. Il leva un coin du voile sur l’Agartha, tel que l’Agartha se présentait à l’époque où il écrivit son ouvrage et tel qu’à ce moment il était constitué et conduisait ses activités. Mais ce gouvernement occulte n’est plus en aucune façon ce qu’il était. A tous égards, il s’est adapté aux conditions du monde moderne, dans une progression lente, par un ajustement constant aux conditions nouvelles. 

Aujourd’hui, le nom même de l’Agartha a changé et ne peut être communiqué. 

Le Haut Conseil de l’A...... est constitué de douze membres qui sont des mortels comme vous et moi. Seule leur connaissance les différencie, leur connaissance et leur extraordinaire vision et compréhension de l’avenir de ce monde. Le Haut Conseil sait le point ultime qu’atteindra ce monde dans son évolution. Il en connaît les étapes. Son rôle essentiel est de veiller à ce que chaque étape soit accomplie en temps voulu et presser ou retarder selon le cas. Mais c’est le plus souvent à presser que doit s’attacher le Haut Conseil. L’humanité est libre d’atteindre le terme d’une étape selon ses propres voies, mais le nouveau point doit être atteint tel qu’il est établi et c’est à cela que le Haut Conseil doit veiller.

 Le Haut Conseil, constitué de douze membres, est semblable à un gouvernement dans sa structure, à une direction collégiale plutôt, mais la hiérarchie y est stricte. Chacun est à sa place, lié, fondu aux autres et remplit sa mission comme il se doit. Le chef du Haut Conseil n’a pas de titre proprement dit. Naguère, les quelques informations qui ont pu filtrer au dehors l’ont fait considérer comme le roi du monde, mais jamais il n’a porté ce titre. Il en porte un autre de plus haute valeur. C’est, si vous voulez, le président du Haut Conseil. Le second dans le rang remplit une fonction similaire à celle d’un secrétaire général, au sein d’un gouvernement présidentiel. Les dix autres membres du Haut Conseil sont comparables à nos ministres. Chacun s’occupe d’une grande branche de l’activité humaine : économie, éducation, justice...

Les moyens du Haut Conseil.

 

Ceux qui composent actuellement le Haut Conseil ont subi une longue préparation et, dans cette vie, sont nés en avance sur les autres, du point de vue de l’évolution en général. Leur mission est en quelque sorte cosmiquement ordonnée et préparée. Lorsque l’appel du Haut Conseil leur parvient ils ont, dans cette existence, atteint déjà un degré de réalisation

Ainsi dans l’exercice des responsabilités qui sont les leurs, les membres du Haut Conseil peuvent, lorsqu’un état semble en retard par rapport à la progression générale attendue ou bien s’il est en avance, créer une discordance par les divers moyens dont ils disposent afin de rétablir l’équilibre. Cela a pour effet d’inciter les responsables locaux à s’ajuster à la nouvelle situation créée dans l’intérêt universel. 

L’œuvre du Haut Conseil s’inscrit donc en dehors de la politique du monde, dans le sens du bien et dans un contexte universel. En tant que premier maillon visible de l’ensemble hiérarchique cosmique, le Haut Conseil est le maillon fondamental ayant mission de veiller au développement de l’humanité en tant que société organisée, au cours des différents cycles prévus de toute éternité. Ces cycles sont au nombre de douze et sont symbolisés par les constellations du zodiaque. A la fin d’un cycle, c’est le jugement collectif et individuel et le départ pour une nouvelle étape cyclique de douze. 

Tous les membres du Haut Conseil sont en mesure de se rendre psychiquement en tel ou tel point s’il le faut, mais ce moyen n’est pas utilisé d’une manière systématique. La mission des membres nécessite l’usage du raisonnement et c’est pourquoi des réunions périodiques ont lieu. Toute décision et toute action de longue durée sont déterminées au cours des réunions. Le rôle du Haut Conseil demeure la conduite de l’humanité vers le but qui lui est assigné, non pas une conduite autoritaire, mais vigilante, respectueuse des libertés pour autant qu’elle n’entrave pas la marche en avant de cette planète. 

Le Haut Conseil et les affaires humaines.

 

Le Haut Conseil n’intervient pas dans le processus incessant de désintégration et de reconstruction auquel l’humanité dans son ensemble est soumise. Il ne peut restreindre le libre arbitre humain ni empêcher que par le jeu du libre arbitre des catastrophes se produisent dont l’humanité est fautive. De bien des manières, assurément, le Haut Conseil suscite des avertissements aux hommes. Il suggère l’horreur de la guerre. Mais si malgré tout, ils sombrent dans le cataclysme, il ne peut faire qu’en sorte que les erreurs commises ne rejaillissent en aucune façon sur le rythme cyclique proprement dit. Il suscite des œuvres positives, des associations de secours, des mouvements charitables, mais l’humanité aura dû d’abord apprendre suffisamment la leçon qu’elle s’est imposée à elle-même. Le monde est un creuset d’expériences d’où sort l’évolution et cela est vrai sur le plan individuel comme sur le plan collectif. 

L’humanité doit apprendre et progresser. Elle aura toujours des problèmes à surmonter pour y parvenir. Ils sont pour elle l’aiguillon nécessaire comme le sont, à un moindre degré les problèmes personnels pour l’évolution individuelle. Il y a dans tout l’univers et à tous les échelons, concordance parfaite. Le jour où l’individu comme l’humanité se conformeront aux lois universelles, tous les problèmes seront résolus et l’histoire de cette planète s’achèvera.

 Les archives secrètes.

 Le Haut Conseil a hérité de la sagesse de ses prédécesseurs et il possède de riches archives absolument complètes à tous égards. Ces archives sont bien gardées et le lieu où elles se trouvent est le même que par le passé. Aucun des événements qui concernent la terre entière ne pourrait amener leur destruction. Aucun régime ne saurait empêcher le Haut Conseil de les consulter sur place en cas de besoin. L’essor de la civilisation matérielle peut amener certains à penser qu’il n’y a plus rien à découvrir et que chaque pouce de la planète est connu. Quelle erreur ! Autant que par le passé et peut-être plus que par le passé, le monde est un monde de secret et un monde de mystères. Le Haut Conseil dispose de la terre. Il dispose de l’intérieur de la terre, de sa surface et de l’atmosphère qui l’entoure. Pour employer des termes communs, le travail du Haut Conseil est préservé depuis l’origine sans aucune altération et les documents, ouvrages et biens à sa disposition dépassent l’entendement humain.

Le haut Conseil et le mal.

 

Ce serait une erreur de penser que l’action du Haut Conseil est une lutte contre les forces du mal. Le mal est une absence de bien. C’est un vide à combler. Ce sont les hommes qui, dans leur pensée, entretiennent le mal et ses tragiques conséquences ou manifestations d’homme à homme et de peuple à peuple. Une lutte impliquerait la réalité d’une chose inexistante en soi et il n’y a rien de tel dans l’action du Haut Conseil. Il favorise simplement le compréhension du bien et son instauration progressive, conséquence de cette compréhension. En d’autres termes, cette action est uniquement positive et elle l’est dans ce domaine aussi.

Le monde de demain.

 

Voici ce que disait, en 1967, le président du Haut Conseil, Maha : 

« Le monde, dans le détail et les mouvements de sa progression, est ce qu’en font les hommes. Notre rôle consiste, vous le savez, à évaluer cette progression dans son ensemble par rapport au cycle en cours. Le monde a échappé à un terrible danger, celui de la confrontation de deux idéologies. Mais une autre idéologie est apparue et se développe sur un vaste territoire extrêmement peuplé. Elle risque de devenir un danger car il ne s’agirait plus alors de la confrontation possible de deux idéologies, mais du conflit entre deux races et même entre l’orient et l’occident, soit la moitié du globe contre l’autre. Le Haut Conseil ne reste pas indifférent devant une telle situation et son intervention est justifiée. Si nous parvenons au but, et nous y parvenons toujours par delà les péripéties, le monde parviendra, de lui-même à un modus vivendi acceptable. La compétition se situera au niveau de l’économie. Elle offrira un champ considérable d’expériences qui contribueront au déroulement normal du cycle tout en offrant à l’individu les moyens de son évolution, ininterrompue même si les circonstances sont nouvelles. Je ne prétends pas qu’on n’aura plus jamais recours aux armes. On ne peut empêcher les enfants de se battre, mais il s’agira surtout de velléités et non de guerres. Tel est du moins l’objectif poursuivi par le Haut Conseil pour éviter au monde de cruelles et inutiles expériences. Le monde, naturellement, garde sa liberté, il a son mot à dire, mais nous avons semé, dans la conscience humaine, même et surtout parmi les jeunes, une telle horreur de la guerre, une telle soif de paix et de confort, que la guerre devrait s’éloigner à jamais. »

 Les lois universelles.

 L’erreur qui semble inhérente à la nature humaine et que commet collectivement l’humanité est de considérer que la vérité d’un continent doit primer sur celle de l’autre. Les conséquences de pareille erreur pourrait être dépassées par l’adhésion générale aux grands principes universels connus de tous et dont le principe est peut-être le respect de la pensée d’autrui.

 Ce cycle nouveau que nous vivons est donc celui de la compétition sur le plan de l’économie mondiale. Compétition, car elle suggère mouvement et que le progrès est une fonction de ce mouvement. La compétition est un principe universel à condition que les règles fondées sur la justice et l’honnêteté soient respectées. Il faut, au nouveau cycle, un renversement de l’échelle des valeurs et cela implique avant tout une compréhension différente du bien social. Le rôle des gouvernements dans l’avenir consistera à extraire la synthèse d’aspirations apparemment divergentes, à conjuguer les diverses vérités en une vérité sociale qui recueillera l’adhésion du plus grand nombre.

 Quelques remarques

 Tout ce qui est écrit ci-dessus fut exprimé par l’un ou l’autre des membres du Haut Conseil ou par Maha lui-même et rapporté par une personne aujourd'hui disparue qui fut une Haute Personnalité du monde de l'ésotérisme, que j'ai bien connu.

 Les membres du Haut Conseil sont des êtres mortels, même s’ils sont en avance par rapport aux autres sur le chemin de l’élévation spirituelle. Le titre de Maha, qui signifie « Grand » en sanscrit, est suivi, pour chaque être qui assume cette responsabilité, par un nom secret. 

 Tout Maître, quel qu'il soit, ne se découvre jamais. C'est à celui qui a la chance de le côtoyer, de découvrir qui il est et quelles fonctions il assume.

 J'ai mis beaucoup de temps à entrevoir l'éventualité que le Maître que je côtoyais puisse assumer une telle fonction. De multiples expériences m'avaient pourtant amené à concevoir cette possibilité. Puisque j'avais la chance de pouvoir échanger avec lui, au niveau de ce plan, je lui ai posé, beaucoup plus tard et de manière indirecte, des questions dont les réponses, certes voilées, ne me laissent aujourd'hui aucun doute.

 Je précise cependant qu'il s'agit de "MA REALITE" et je ne cherche nulle adhésion à celle-ci. J'essaie plutôt de transmettre le fait que ce monde n'est pas aussi désordonné qu'il n'y paraît et que de grands Etres veillent à notre destinée.

 Nous sommes les Maîtres de notre destin, nous le savons bien, et nous construisons aujourd'hui ce que nous serons demain. Il ne faut compter sur personne d'autre pour le faire. 

 Avant de quitter ce plan, l'avant dernier Maha (je ne connais pas l'actuel) m'a parfaitement fait comprendre que nous créions, au niveau individuel, les potentialités pour le futur et que c'était à nous d'avoir suffisamment de ténacité, de volonté et de courage pour que celles-ci se concrétisent, mais qu'il ne servait à rien de pressentir ce futur, car rien n'était écrit d'avance, en dehors des grandes étapes que l'humanité doit franchir. Voici, textuellement, ce qu'il m'écrivait :

 "La prescience du futur est sans réel intérêt, car la certitude n'apparaît que dans ce qui est définitif et, pour ainsi dire, sans appel".

 J'ai, il me semble, croisé il y a bien longtemps, l'être qui assuma cette fonction terrestre et assure aujourd'hui, probablement, d'autres fonctions sur un plan plus élevé de l'être.

 J'espère le retrouver, un jour...

 Claude Delarose.

 

Date de dernière mise à jour : 30/03/2012