Intégrité et compétence.

Integrite

INTEGRITE MORALE ET PROBITE.

L’intégrité et la probité sont des valeurs morales, c’est-à-dire qu’elles font partie des « raisons » et des « normes » qui peuvent guider nos actions et nos choix. Elles sont considérées par notre collectivité comme faisant partie de ce qui est  bien, désirable et souhaitable. 

Du point de vue de l’individu, ce sont des « vertus », c’est-à-dire des qualités morales indispensables à toute personne qui souhaite mener une vie « vertueuse » et bonne.

Ce que l’on peut  retenir, c’est qu’une conduite vertueuse n’est pas quelque chose d’acquis une fois pour toute. Elle est le fruit d’un travail constant sur soi, d’une quête marquée par d’incessants dilemmes et difficultés de décider. Autrement dit, l’intégrité comme la probité sont non seulement des qualités morales que l’on peut nous reconnaître, mais ce sont aussi des idéaux personnels qui nous guident constamment dans les difficultés de la vie.

Il n’existe aucune recette magique pour garantir l’intégrité ou la probité d’une conduite ou d’une vie humaine : ces deux vertus sont remises en jeu dans chaque situation, dans chaque choix qui s’offre à nous, selon nos aspirations.

Ces aspirations sont liées à la « conscience » morale qui est elle-même liée à la liberté fondamentale de l’être humain. C’est pourquoi on ne peut pas « forcer » quelqu’un à être intègre ou probe. C’est un choix personnel que nous faisons dans le fin fond de notre conscience, dans notre « for intérieur » et qui prend la forme d’un « engagement » personnel envers ces vertus. Ni la promesse d’une récompense ni la menace d’une punition de sanction ne peuvent remplacer ce choix personnel.

Il existe un « savoir-être » éthique, c’est-à-dire un savoir éthique, en chacun de nous, qui est nourri de notre expérience antérieure. Ce savoir et cette expérience sont des ressources fondamentales pour la promotion de valeurs comme l’intégrité et la probité.

Ce savoir-être est plus riche et plus approfondi chez certaines personnes qui ont dû faire des choix très difficiles. Ces personnes sont alors reconnues comme des « autorités morales » dans leur communauté ; leur opinion et leurs conseils en matière d’éthique sont appréciés et écoutés. De telles personnes sont, dans tout milieu social ou professionnel, indispensables à la promotion de valeurs comme l’intégrité et la probité.

 

PROFESSIONALISME ET COMPETENCE.

Le professionnalisme et la compétence ne sont pas des valeurs morales ni des vertus au sens classique, comme peuvent l’être la probité et l’intégrité.

Dans un premier sens, le professionnalisme désigne un niveau exclusif de compétence et d’expertise technique qui caractérise un corps de métier et qui décide donc de l’appartenance à ce corps de métier. En d’autres termes, pour être reconnu comme appartenant à une profession quelconque, il faut être capable d’exercer cette profession à un haut niveau technique, tel que défini par l’ensemble des pairs. De ce point de vue, le professionnalisme s’oppose à l’amateurisme ou au laisser-aller.

La maîtrise de l’expertise technique devrait toujours être accompagnée d’un engagement moral envers le bien-être de la communauté à laquelle appartient le professionnel. Selon cette conception du professionnalisme, une personne pourrait refuser d’exécuter certains actes professionnels si elle estime qu’ils vont à l’encontre de ce bien-être (par exemple, la conception de la bombe atomique, le clonage humain, l’utilisation d’une arme à feu, ou bien la mise en œuvre de certaines pratiques ou la production de matériels à obsolescence programmée...).

Un professionnel doit pouvoir porter des « jugements professionnels », c’est-à-dire faire un diagnostic éclairé et adéquat à propos d’une situation spécifique afin d’établir la meilleure stratégie d’intervention. Pour établir le diagnostic, il lui faut des connaissances générales, des connaissances relevant du contexte particulier mais aussi la capacité d’évaluer la situation à la lumière de l’ensemble de certaines valeurs professionnelles. De ce point de vue, le diagnostic professionnel est à la fois "scientifique" puisqu’il relève d’un savoir expert mis en action, et "éthique" puisque ce savoir inclut certaines valeurs.

Nous souhaitons vivement voir émerger parmi nos femmes et hommes politiques des êtres éclairés qui manifestent en même temps la compétence du domaine dont ils ont la charge, mais qui disposent aussi de l'intégrité et de la probité indispensables  à une action juste au service de tous.

 "L'intégrité morale et la compétence, plutôt que l'art de plaire et de discourir." !

 Cette  maxime  devrait être la base et le fondement de toute action politique.

 

 

 

 

 


compteur pour blog

Date de dernière mise à jour : 06/12/2017