L'oral et l'écrit.

«  Au commencement était le verbe…. » 

 Cette vibration créatrice qui nous a faits, ainsi que tout ce qui nous entoure, en a-t-on vraiment conscience ? A t’on vraiment conscience que ce que nous disons, issu de nos pensées, est créateur ? Nous sommes tentés de dire que ce qui est créateur est forcément positif mais dire une parole difficile à l’autre, si elle n’a pas pour seul but de blesser, peut aussi créer dans le temps une prise de conscience bénéfique. En découle des mots comme « MERCI» ou « PAR - DON » qui ont leur vibration propre et élève celui qui les prononce en conscience.

 Alors me vient cette question de la tradition orale : bons nombres d’écoles initiatiques pratiquent un enseignement oral, mais est-ce seulement pour préserver le secret de cet enseignement ? La pratique d’un rituel emploie des mots, des phrases qui ont une valeur vibratoire importante pour se mettre en état de recevoir l’enseignement. Si ce dernier était livré à tout vent, il ne serait pas reçu comme il convient.

 Alors qu’elle est la valeur de l’écrit ?

 Tous les « cherchants » dans le domaine spirituel ne font pas partie d’une école.  Et il y a tout ceux qui sont « vierges » de toutes notions ésotériques mais qui ont le cœur et la conscience ouverte. Le livre peut alors les mettre sur le chemin.

 L’écrit touche le cœur, pique la curiosité, enseigne, transmet … et ce en toute intimité.

 C’est ainsi que très jeune, un livre m’a été prêté par un ami. Je me souviens du titre mais pas de l’auteur : « Les portes induites ». Le récit d’un homme ayant trouvé le moyen de passer dans d’autres formes de consciences par ces fameuses portes. Ce livre pouvait passer pour pure science fiction et extravagant pour l’époque mais il m’a marquée au point que je croyais à cette possibilité.

 Puis est venu Paulo Coelho avec son « Alchimiste » et « Sur le bord de la rivière Piedra… ». On peut dire ce que l’on veut sur cette forme de littérature. Si elle touche les cœurs et les ouvre, elle est véritablement utile. J’ai lu dans le train, récemment, « Brida » qui parle de l’initiation du Soleil et de la Lune en passant par l’âme sœur. J’en ai été très touchée.

 Le temps de l’engagement venu dans un ordre initiatique, j’ai reçu un enseignement oral qui se recoupe avec ce que je peux apprendre par ailleurs et un livre en entraîne un autre pour parvenir à ceux qui nous laissent béats d’étonnement parce qu’ils résonnent en nous comme si nous nous souvenions de quelque chose.

Ce fut mon cas avec Henri Corbin : « L’homme de Lumière dans le soufisme iranien ». J’ai parlé de cette lecture à un professeur d’histoire à l’université qui travaille sur l’arabe et le Moyen Orient et ses yeux n’étaient pas assez grands pour me regarder de plus près, moi la petite secrétaire. Qu’est-ce qui pouvait bien m’attirer dans ce genre de lecture, si ce n’est le souvenir d’une autre époque vécue ou l’évocation d’une évolution spirituelle déjà connue qui ne fait que revenir à la mémoire.

 Dans le peu que j’ai pu en lire encore, Soria exprime bien les efforts qui sont mis en œuvre pour nous ouvrir la conscience. Lorsque cette ouverture se fait, nous sommes enseignés par différents modes de transmission qu’ils soient oraux ou écrits. Sans compter sur notre Maître intérieur qui est notre meilleur conseiller.

 Un jour je me suis excusée auprès de lui de ne pas avoir été très assidue à mes prières et méditations et donc de l’avoir délaissé quelque peu. Il a beaucoup ri et m’a dit que de toute façon il faisait partie de moi. Avez-vous déjà remarqué combien les contacts que l’on peut avoir ainsi sont toujours emprunts de joie, voire d’humour et toujours de beaucoup d’amour ?

 C’est cet Amour en effet qu’il nous faut vivre et offrir. C’est lui qui nous permettra d’aborder cette période, à la fois troublante et extraordinaire.

 En attendant le temps où nous pourrons communiquer par transmission directe de pensée, nous avons l’oral et l’écrit mais aussi déjà, en germe à l’intérieur de nous, cette âme qui ne demande qu’à entrer en action et faire le lien entre matière et spirituel. Nous sommes à la maternelle de cette école là en effet, certains sont déjà au cours préparatoire. Verrons-nous notre passage en sixième (dimension) ?

 Il faudra pour y parvenir garder le cœur bien ouvert et réconcilier le masculin et le féminin avec peut être le verbe sacré ?

 Que la Paix, l’Amour et l’Harmonie soient dans vos cœurs.

 Elise.

Date de dernière mise à jour : 24/02/2012