Agriculture saine et naturelle.

Agriculture

L'agriculture saine, naturelle et équitable, plutôt que l'atteinte à la santé par des produits chimiques nocifs et l'aliénation des richesses produites par de grands trusts.

 

Depuis l'arrêt de mon exploitation agricole en juin 2008 je n’ai jamais cessé de réfléchir aux solutions par lesquelles nous pourrions sortir de notre impasse environnementale. La pollution n’a pas été engendrée par l’agriculture mais elle y a tellement participé que nous pourrions solutionner une grande partie de notre déséquilibre écologique en rééquilibrant d’abord notre secteur agricole.

La protection de l’environnement passe par  l’agriculture avec, entre autre :

1 - L'arrêt de la production des produits chimiques toxiques, engrais ou pesticides.

2 - L'arrêt de l'épandage de tous les produits nuisibles.

3 - La plantation d'arbres afin de stopper la désertification.

4 - La promotion de méthodes douces avec la diminution de l'usage des engins lourds agricoles et l'encouragement des travaux manuels.

5 - La promotion de fermes à l’échelle familiale et la réduction de la grande culture industrielle.

6 - La recherche de méthodes améliorant naturellement la qualité du sol arable comme la permaculture. Cette technique prend en considération la biodiversité des écosystèmes ; elle est un ensemble de pratiques visant à créer une production agricole durable. Cette production tend à être économe en énergie, respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques. Elle vise à créer un écosystème productif en nourriture ainsi qu'en d'autres ressources utiles, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

7 - La promotion des cultures de saison, de plein champ,  sans forçage.

8 - L'éducation des gens sur la manière de s’alimenter selon les saisons. Pour l’homme comme pour tous les êtres vivants, l’objectif pour la santé est de stimuler l’auto défense par une nourriture saine et équilibrée, base de toutes les guérisons. Un environnement préservé préserve tous les êtres vivants, les humains comme les animaux et les végétaux.

9 - Le renforcement des liens familiaux et sociaux par l’agriculture : Lancer l’idée de consacrer une partie de son temps à produire sa propre nourriture, offrant ainsi l'avantage de rencontres entre les membres de la famille.

10 - La création des structures d’échanges de productions entre différentes familles favorisant le lien social solidaire ; créer aussi des moments de  convivialité.

11 - La recherche de nouveaux combustibles par l’agriculture. Beaucoup de cultures sont capables de produire des combustibles non polluants pour l’environnement – tournesol – betterave  etc.

12 - La réduction de l'usage des engins agricoles permettant la diminution de besoin en énergie.

Les terres ne devraient pas être l'objet de spéculation. Une réforme concernant la distribution des terres aux familles qui consentent de produire une partie de leur nourriture devrait être entreprise, réforme qui devrait aussi concerner la structure des grandes entreprises de productions agricoles.

Notre crise politique est liée à la crise économique. Pour quelle raison ? La triste réalité d’une société capitaliste axée sur l’argent est que tout se mesure en  argent : le travail, le temps, le service, l’acquisition des biens, la responsabilité, les titres... Le fait de devoir acheter la nourriture avec de l’argent crée de l’angoisse et de la peur à ceux qui n'en disposent plus à la suite d'une perte d'emploi.

Combien le chômage est au cœur de la problématique politique !

Selon ce raisonnement notre crise économique pourrait-être maîtrisée, tout au moins en partie, en développant l’agriculture à  petite échelle. Par la même occasion nous solutionnerions un grand souci politique interne de notre temps qui est le « chômage ».

Je ne crois pas que l’être humain ait été créé pour peiner toute sa vie à courir derrière de l’argent et du temps. Il doit se rendre utile en travaillant et non pas travailler pour sa survie.

Je crois que chaque humain doit disposer de temps libre pour développer sa vie spirituelle, non la pratique d'une religion mais la recherche dans la profondeur de son être d'une dimension non matérielle. De quoi nous sommes-nous faits, de quoi avons-nous besoin : besoin de créer, besoin d’esthétisme, besoin d’être en contact avec les autres, besoin de confort, d’hygiène, de soin, etc. D’où sommes-nous venus et vers où nous allons-nous ? L’homme ne se nourrit pas que de nourriture.

Il faut une volonté politique pour agir dans le sens que nous venons de définir en favorisant une agriculture saine, naturelle et équitable. Mais chacun peut aussi réagir en revenant à une agriculture de proximité, en refusant de manger des fruits ou légumes importés de l'autre bout du monde... ou des produits transformés génétiquement qui portent atteinte à notre intégrité génétique.

Nous y retrouverons une meilleure santé et nous préserverons la qualité de notre environnement.

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 13/04/2015