Assistance aux peuples en difficulté.

Images 4

L'Afrique est certainement le continent qui compte le plus de peuples en difficulté. Bien qu'il regorge de ressources naturelles, la plupart des pays qui le composent peinent à se développer et l'on peut compter sur les doigts d’une seule main les pays africains qui ont connu une longue stabilité sociopolitique.

Les anciens colonisateurs dont la France fait partie, au lieu d'aider ces pays à se développer économiquement à l'aide d'aides adaptées, ont perpétué le système colonial sous une autre forme, aussi bien dans les domaines politique, économique et culturel et s'arrogent le droit d'intervention militaire sous couvert d'assistance, alors qu'il s'agit surtout de protéger les intérêts économiques en place.

L’indépendance de ces pays est devenue une véritable dépendance vis-à-vis des puissances étrangères, en particulier des anciennes puissances coloniales.

Nous devons impérativement revoir nos méthodes d'aide et d'assistance à ces peuples en difficulté et laisser le soin aux instances internationales et en particulier l'ONU  d'intervenir militairement si cela s'avère nécessaire.

Aidons ces peuples à développer l'artisanat ou de petites unités de production. Aidons-les à développer une agriculture diversifiée. N'est-il pas incroyable que l’agriculture ait toujours été reléguée au dernier rang des activités humaines en Afrique, alors que beaucoup de personnes y meurent de faim ?

Plus de cinquante années après les indépendances, le système éducatif de ces pays ne s’est toujours pas adapté aux réalités du monde et à l’évolution des sociétés. L’enseignement élémentaire reste encore un luxe pour la majorité. Et l’enseignement supérieur ne forme en grande partie que des diplômés qui doivent se réfugier dans les pays des anciens colonisateurs pour trouver un emploi.

Chaque pays africains a le droit de choisir son mode de développement et les anciens colonisateurs ne devraient pas influer sur ces choix. Il leur revient d'apporter simplement une aide adaptée, selon les choix effectués. Ce serait pour eux, et la France en premier, le moyen d'endiguer le flot incessant d'immigrés qui viennent chercher chez nous une solution à leur misère.

Si nous regardons du côté des peuples en difficulté du moyen orient, nous constatons qu'aucune solution militaire n'est en mesure de résoudre les problèmes qui s'y posent. Nous constatons qu'à chaque fois qu'une puissance étrangère intervient, la situation du pays se détériore gravement.

Il est impérieux d'abandonner tout désir d'intervention militaire au profit d'une aide humanitaire et d'une médiation. Pour cela la communauté internationale doit se doter d'autres moyens que ceux dont dispose l'ONU aujourd'hui.

C'est une condition nécessaire à l'application de ce que nous appelons de nos vœux :

"L'assistance et l'entraide aux peuples en difficulté plutôt que l'intervention militaire et l'imposition d'une solution non choisie par eux." 

Date de dernière mise à jour : 24/07/2014