Souvenirs de Lémurie.

        

                 Je n'ai jamais eu la possibilité de partager avec des personnes qui se souviennent de leurs vies passées. C'est pourtant un souhait très ancien. J'ai fait partie pendant 5 années d'une école bouddhiste. Mon professeur ne connaissait personne ayant des souvenirs précis. Cela m'avait beaucoup étonné car nous avions étudié beaucoup de textes anciens sur le karma. Une fois, j'ai fait une magnifique retraite de quelques jours où j'ai pu enfin établir la paix avec moi-même, avec moi dans une autre vie. Mon enseignant m'avait donné à méditer un texte qui mettait en lumière la différence entre le regret et la culpabilité. Chaque prière proposée, le rythme de la retraite, le lieu isolé, établissaient, d'après son expression, une "ambiance grotte", propre à la méditation. 

                 Tout était approprié. Aussi incroyable que cela puisse paraître, j'ai entendu une voix me dire : "lève-toi Elisabeth" ! Alors que je m'étais réveillée en avance sur l'horaire, et pensais rester au lit, en attendant l'heure du lever convenu, j'entendis la même voix me dire : "monte dans la salle d'étude pendant une pause". Dans la salle, je me suis assise et j'ai attendu, seule. Une minute après, l'enseignement a commencé. Deux clefs m'ont été données, qui me manquaient pour continuer à avancer.

                 La première concernait un fait pourtant évident. J'étais tellement "horrifiée" par certaines de mes vies que je me persuadais naïvement que je n'avais fait aucun mal volontaire aux êtres que j'avais aimés. Je pense que certains liens sont si beaux que, lorsque nous chutons, pendant ces vies si négatives, il nous est parfois fait la grâce de ne plus rencontrer certaines personnes que nous avons tant aimées. Nos liens sont ainsi préservés. Malheureusement cela ne peut pas toujours être le cas. J'ai compris que dans certaines vies où j'ai été très "décevante", j'ai fait du mal à des personnes qui m'étaient très chères autrefois. Je ne me souvenais plus d'elles, ni des liens d'amour qui nous unissaient ! C'est tellement difficile de voir que nous avons été quelqu'un de cruel ! Autrement dit, certaines personnes que nous avons détestées et auxquelles nous avons fait du mal dans certaines vies sont les mêmes que celles que nous avons affectueusement aimées dans d'autres ! Quelle folie  et quel gâchis ! Je devais vraisemblablement être suffisamment prête pour accepter cette vérité ! J'ai compris que des personnes rencontrées à des époques différentes et que je croyais distinctes étaient, en fait  les mêmes ! Avez-vous déjà vécu ce genre d'expériences ?  

              J'ai beaucoup pleuré en comprenant cela. Mais sans doute est-ce une caractéristique de nos chemins d'apprentissage sur terre. Quand la mémoire revient, on n'a plus envie que ce genre de choses se reproduise par la suite ! On se dit : "au nom de l'amour que j'ai éprouvé autrefois pour vous, je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour ne plus jamais vous nuire. Je me souviens tant de vous, mon plus cher désir est que nous nous aimions comme autrefois". Je crois que c'est pour cela qu'il est dit que "les mondes passeront,  mais que l'amour ne passera jamais". Les liens d'amour entre nous subsistent à jamais, quoi qu'il ait pu se passer. 

 Voici le second élément : j'ai quelques souvenirs d'enseignements reçus au temps de la Lémurie et j'éprouve pour cette époque une grande nostalgie, voire trop d'attachement. Je me souviens notamment, qu'à l'époque, nos exercices spirituels avaient pour but de nous individualiser et qu'il y avait fort à faire ! Nous étions une sorte d'''âme groupe", je crois. Le monde environnant faisait comme partie de nous-mêmes ; nous l'appréhendions de l'intérieur, et l’on nous apprenait à nous différencier de lui. Nous vivions ensemble, en harmonie. Nous étions encouragés à "parler", à émettre des sons très graves, en fait gutturaux, alors que nous avions l'habitude de communiquer uniquement par télépathie. La connaissance spirituelle, nous l'appréhendions à notre manière. Nos maîtres savaient la rendre extrêmement simple pour nous, à notre portée. Nos progrès spirituels étaient rapides, car nous sentions combien ils nous aimaient. On m'a dit clairement que ces souvenirs pouvaient m'aider, mais que je devais faire, aujourd’hui, exactement le contraire d'autrefois, l'inverse, et qu'il ne fallait pas que cela m'étonne, que cela soit très clair dans mon esprit. Comme si les exercices d'autrefois avaient trop bien réussi ! L'accent est mis aujourd'hui sur la concentration, la télépathie, alors qu'autrefois nous étions naturellement calmes concentrés, réceptifs, intuitifs. Il nous a fallu faire des efforts pour sortir de cet état naturel. Et maintenant, il nous faut le retrouver par nos propres forces, volontairement, dans la liberté, en conservant notre propre identité. Ce qui était facile, naturel autrefois, est devenu difficile aujourd'hui. Maintenant il nous est si facile de parler, de considérer que le monde est "extérieur" à nous, que nous sommes des individus "séparés" les uns des autres, au point que nous sommes devenus opaques les uns pour les autres et que nous avons tant de mal à communiquer vraiment. Ce qui est très étrange pour moi, c'est de me souvenir de choses que je faisais naturellement, de constater que maintenant je n'y parviens plus, ou seulement après de grands efforts, mais de façon toujours très imparfaite. Ces souvenirs sont une aide, mais à la fois il faut beaucoup d'humilité et de patience pour accepter ces changements de cap ! Heureusement que j'ai quelques pistes pour comprendre que cette involution est en fait une évolution. C'est de ce retour à nos origines, en conscience, que naîtra vraisemblablement une nouvelle race, n'est-ce pas ? Partagez-vous les mêmes impressions, les mêmes opinions que moi ? Avez-vous, vous aussi, des souvenirs de la Lémurie ?

 Je vous souhaite beaucoup de bonheur, des joies spirituelles de toutes sortes, que la paix soit sur nous tous, au plus profond de nos coeurs ! Que nous nous rapprochions toujours davantage de notre Patrie spirituelle !

                 En communion d'esprit avec vous...

                                             

                                                 Elisabeth.

 

Date de dernière mise à jour : 14/02/2013