Projet d'évacuation du monde.

Bonjour à tous les internautes qui liront cet article.

 Le sujet des extraterrestres est un thème d'actualité. Nombreuses sont les informations qui circulent et prédisent que le 21 décembre 2012 marquera la fin de notre isolement avec nos frères et soeurs de l'espace.

 Nous devrions donc prochainement savoir si ces derniers ont bien reçu l'autorisation, non pas de marquer leur présence par des signes dans le ciel ou quelques contacts isolés comme ils l'ont fait depuis de nombreuses années, mais d'atterrir en masse afin de prendre contact avec les populations elles-mêmes.  

 Les observations d'engins volants présentant des caractéristiques inhabituelles sont aujourd'hui nombreuses et Internet offre des vidéos qui ne laissent pas de doute sur la réalité du phénomène OVNI. Par contre, il n'est toujours pas possible de savoir si ces engins viennent d'autres planètes ou bien s'il s'agit d'engins qui émanent de la nôtre, éventuellement de l'une de ses autres dimensions.

 Espérons que ce mystère sera levé au cours de l'année 2013.

 Au cours des années 80 nous avions connaissance d'un ouvrage au titre évocateur : "Projet d'évacuation du monde". Il avait été transmis, selon l'auteur, par le commandant Ashtar.

Voici un résumé de cet ouvrage :

"Nous qui appartenons aux commandes de l'Alliance Interplanétaire de l'espace de cet hémisphère, généralement appelé l'Ashtar Command, faisons maintenant retentir, grâce à l'envoi de ce livre, la sirène d'alarme au genre humain...

Ce livre n'est pas destiné à effrayer qui que ce soit, mais au contraire, à maintenir l'espoir et la confiance en notre présence parmi vous en ces temps de troubles. Les dangers qu'encoure votre planète sont réels. La tragédie qui en résulterait pour l'humanité serait inévitable. Cependant, notre présence qui vous entoure, forte de 35 millions d'êtres vous donnera assistance, vous aspirera et vous sauvera pour vous mettre en sécurité. L'Ashtar Command envoie ce livre afin que vous, ô hommes de la terre soyez prévenus de ces choses qui vont se passer..."

Ce livre étrange n'avait pas eu de suite et longtemps nous nous sommes interrogés sur la réalité de ce commandant ou tout au moins sur sa crédibilité car les faits qu'il prédisait ne s'étaient pas produits.

Depuis, j'ai compris que rien n'était vraiment écrit d'avance et qu'il fallait seulement parler de potentialités . J'ai compris aussi qu'à cette époque les deux grands empires, Etats Unis et Russie, se livraient à une course effrénée aux armements nucléaires et qu'il existait une forte potentialité de conflit. Si une guerre nucléaire avait lieu, peu de gens survivraient. La sagesse voulait donc que, si nos frères de l'espace en avaient les moyens, ils prévoient ce qui est exprimé dans cet ouvrage afin de sauver une partie de l'humanité de cet éventuel holocauste.

La dislocation de l'empire soviétique, marquant la fin de la guerre froide, à partir des années 85, concrétisée en 89 par la chute du mur de Berlin, reporta à plus tard l'éventuelle nécessité du sauvetage d'une partie de l'humanité.

Notre correspondante russe, Helena Howanskaya, vient de nous transmettre des traductions d'articles qui datent de cette époque. Ceux-ci semblent accréditer ce qui figure dans cet ouvrage, à savoir qu'un projet d'évacuation d'une partie de l'humanité existait bien mais qu'il ne fut pas nécessaire de le mettre en application. De nombreux contacts semblent aller dans ce sens.

 Voici la traduction par notre amie Helena d'articles qui relatent des faits qui se sont produits à cette époque des années 80/90:

 LES EQUIPES DE SAUVETAGE

Je suis de plus en plus convaincue que le transfert d'un certain nombre d'humains vers d'autres planètes a commencé.

Ce transfert n'est, en fait, qu'une action de sauvetage réalisée par certaines forces extraterrestres. Bien que ce transfert n'ait pas un caractère de masse, il s'effectue chaque jour. Le but de ce transfert serait de protéger une partie de l'humanité contre un cataclysme planétaire qui devrait s'abattre sur la terre.

Cela n'est ni une farce ni de la science fiction.

Je suis moi-même horrifiée par une telle idée aussi inattendue qu'incroyable. Je fus informée par des messages de gens ayant vécus des contacts avec des occupants d'OVNI. Ces messages me parurent tout d'abord absurdes, même s'ils pouvaient être drôles. Pourtant les recherches entreprises me convainquirent de la réalité de ces faits. Les personnes contactées étaient informées, dans un premier temps, par les occupants de l'OVNI sur les raisons du contact, puis elles étaient laissées libres de leur choix. Elles pouvaient informer d'autres personnes de l'imminence d'une catastrophe à l'échelle planétaire.

Voici ce que V. Efimenko, kolkhozien de la région de Krasnodar raconte : "Je vis apparaître soudain un homme très grand dans une combinaison argentée. Il me dit : bientôt de grands malheurs s'abattront sur la terre. Nous souhaitons vous aider et sauver un certain nombre de personnes parmi vous, dont toi même". Une année plus tard, une ménagère de Tchéliabinsk reçut les mêmes paroles : " Il y aura bientôt quelque chose de terrible. Nous faisons partie des équipes de sauvetage". Mais elle ne comprit pas vraiment ce qu'ils voulaient dire. L'un d'eux lui dit, avant de rejoindre le vaisseau, que ce n'était pas leur dernière rencontre.

Ces messages d'"équipes de sauvetage" extraterrestres annonçant de grands malheurs dans un futur proche se succédèrent ces dernières années, étonnamment semblables quant à leur contenu.

Le nombre de messages extraterrestres reçus par la population russe augmenta de manière étonnante entre 1984 et 1985. Il y eut aussi un regain de contacts en 1988 et 1989.

Je vais illustrer mes propos par un exemple concret.

Avant l'été 1989 les habitants de Salsk, une petite ville de la steppe, au sud de la région de Rostov, n’avaient jamais entendu parler de civilisations extraterrestres. Mais voici que tôt, le matin du 3 juillet, V.Pletnjoev, rédacteur du journal régional «La steppe de Salsk» rencontre par hasard, dans la rue, son vieil ami B.Sourovkin, un homme âgé, qui travaillait comme gardien. Je fus frappé, dit-il, par l'état dans lequel se trouvait Sourovkin. Il accouru vers moi très excité, parlant confusément, tout en gesticulant. C'est un homme un peu naïf qui ne lit guère les journaux et qui, bien sûr, ne se passionne pas pour la science fiction. Je n'avais donc aucune raison de le soupçonner de faire une blague.

La nuit passée, comme d'habitude, il protégeait l'objet confié à sa surveillance vigilante, la station service du transport automobile, située à la périphérie de la municipalité (SSTA). En observant les alentours, le gardien vit clairement, grâce au clair de lune, que tout près, au bord d’une petite rivière se trouvait un engin, nouveau détail inaccoutumé dans un paysage familier. Sur la prairie, en direction de l'engin, se mouvaient quelques humanoïdes, c'est-à-dire des êtres qui ne ressemblaient que très peu aux hommes. Quand ils remontèrent dans l'engin, celui-ci et les êtres disparurent brusquement dans les airs. Selon le témoin, ils disparurent en une fraction de seconde.

Sur la place où, selon l'affirmation de Sourovkin, l'engin se trouvait la nuit passée, V.Pletnioev découvrit l'herbe écrasée de forme irrégulière. Des grandes taches de plusieurs mètres sur la prairie furent inspectées par la journaliste de Rostov-sur-Don, G.Koulechova.

Dans "la zone" même, V.Pletnioev trouva une montre à quartz de la production nationale, le cadran en haut. Comment était-elle parvenue ici ? On ne sait pas. Quand le rédacteur du journal la trouva, la montre ne marchait pas et indiquait 3 heures et 6 minutes de matin. C'est à ce moment que, selon Sourovkin, il observait la disparition instantanée de l'engin et des humanoïdes, au bord de la petite rivière de la steppe.

SIGNES DANS LE CIEL

 A l'instant où je pris la montre dans mes mains, raconte V.A.Pletniov, je ressentis un léger vertige. Une chose paraissait étrange : pendant le temps où cette montre était dans notre maison, ma femme et mes enfants étaient atteint d'une somnolence qui ne leur était pas habituelle.

Peu de temps après, des représentants du groupe de recherche sur les faits paranormaux, guidés par O.B.Mihnik, arrivèrent à Sal'sk. Selon leur opinion, la montre avait été soumise à un fort impact énergétique et son champ avait une charge négative qui pompait l'énergie humaine.

Après la publication du cas de Sourovkin dans le journal local, la rédaction du journal reçut beaucoup d'autres témoignages, dont la plupart venait de la région de Sal'sk (la capitale de la région est Rostov). En les analysant dans l'ordre chronologique, G. Koulechova remarqua le fait suivant : les rencontres des habitants avec des OVNI était devenue plus fréquentes à partir du 3 juillet 1989.

En septembre 1989 des centaines d'habitants de Sal'ks furent les témoins d'un incroyable phénomène. La directrice de l'école secondaire, V.M. Chavirina raconte : " Alors qu'il faisait jour depuis deux heures, je vis apparaître de grands carrés blancs dans le ciel clair. Des signes mathématiques s'inscrivaient au cœur de ces carrés. Un autre témoin, une élève de la classe de 8ème de cette même école raconte avoir vu des signes algébriques groupés d'une certaine manière. Il y avait deux signes >, puis un intervalle, à nouveau quatre signes >, puis encore deux et enfin six signes semblables. Après quelque temps ces symboles commencèrent à se dissiper.

D'autres élèves racontent : "Nous avons clairement vu deux signes d'interrogation qui semblaient créés par de la vapeur dense. Ensuite ceux-ci se transformèrent en deux "2" avec un moins au milieu. Il y eut ensuite un intervalle, puis deux 7, un intervalle et trois 7 (2-2 77 777)."

Un certain Riabov, chef d'une usine d'équipement en matériels pour presses, raconte : "Il était deux heures passées et je me trouvais sur le territoire de l'usine lorsque, en regardant le ciel, j'aperçus des carrés avec des chiffres à l'intérieur. C'était une chose vraiment inouïe ! "

De nombreux témoins du phénomène rapporte une particularité : les 2 et les 7 étaient inscrits comme les chiffres qui figurent sur les enveloppes de la poste.

 Dix jours après cette apparition, alors qu'il était environ 7 heures du soir une foule d'habitants observait le vol d'une grande sphère brillante de couleur verte. La sphère flottait juste au-dessus des têtes des passants qui étaient effrayés. Le soir du 8 octobre, une boule identique flottait au-dessus des toits du centre de la ville. Le 28 octobre, une brillante boule bleue suivait un ouvrier, S.Poustovoy, en route vers Sal'sk sur son motocycle. L'engin émettait deux rayons brillants.

Deux jours après cet évènement, de nombreuses personnes virent une autre sphère brillante de couleur vert clair, qui flottait au-dessus des steppes de Sal'sk. Elle se tenait parallèle à la route, et la traversait de temps en temps. Selon les dires des conducteurs leurs moteurs calaient lorsqu'ils s'approchaient de cette sphère. Puis la boule se transforma lentement en bande de lumière pour traverser le ciel au-dessus de la ville.

Un mois plus tôt, les habitants du village de Romanovka, situé à courte distance de Sal'sk, entendirent en plein jour un bruit sourd, qui venait du ciel, tel d'un hélicoptère. La source du bruit était néanmoins invisible. Le jour suivant 3 habitants de ce même village se retrouvèrent presque face à face avec l'équipage de la "soucoupe volante", qui avait atterri derrière le village.

 Une employée de la maternelle, Olga Tchub, son fils de sixième, Seriogea, et son grand-père, Boris Martynovitch, étaient en train de faire paître le troupeau de vaches du kolhoz. Soudain ils remarquèrent trois êtres étranges vêtus de combinaisons argentées qui apparurent sous un arbre non loin d'eux. Les êtres regardaient fixement les humains. Olga Tchub se rappelle : "Tout d'un coup nos vaches bondirent de leur place et se mirent à courir. Evidemment, elles avaient senti quelque chose d'anormal. Nous nous sommes alors précipités sur leurs traces. On avait très peur. En courrant je me suis retournée et vis qu'ils nous poursuivaient, mais de manière parallèle. Le chien, qui gardait le troupeau, était parti à toute vitesse, lui aussi. Une bave blanche écumait de sa gueule. Il s'est mis à aboyer frénétiquement. Au même moment les extraterrestres s'enfoncèrent dans la foret". Olga se retourna encore une fois. Derrière les arbres clairsemés elle remarqua un objet argenté telle une ellipse ou un ballon dirigeable d'environ dix mètres de longueur.

Le jour suivant Olga Tchub et son mari Vasiliy, agronome en chef, se rendirent sur les lieux de l'évènement. Ils brûlaient du désir de voir s'il y avait des traces sous les arbres. Oui, il y avait des traces ; l'herbe avait été piétinée. Olga Tchub précisa : "Nous n'avons pas osé nous rendre à l'endroit où l'engin se trouvait hier. Je me sentais très mal. Je me souviens clairement qu'au moment où je les ai vus, un cercle métallique semblait me serrer la tête et depuis je souffre de maux de la tête. Mon fils Seriogea n'a pas pu dormir normalement durant plusieurs nuits, alors que le sommeil de mon mari était devenu étrangement profond et long. La montre que j'avais au poignet, au moment de cet évènement, avance de 12 minutes".

Traduction d'Helena Howanskaya.

Commentaires de Claude Delarose.

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 22/11/2012