Prédictions, conscience du temps et yoga.

Un jour, il faut prendre son envol, quoi qu'il en coûte... J'ai essayé de retrouver mes vies passées... Et puis je me suis aperçu que cela me ferait plus de mal que de bien. On n'est pas amnésique par hasard, après tout... Et puis, la vie m'a envoyé suffisamment de signes pour que je comprenne où était mon chemin de vie : c'est, avant toute chose, développer mes qualités de coeur. C'est pourquoi j'essaie de ne pas trop m'investir dans l'intellectuel, la connaissance pure, alors que c'est ma tendance naturelle.

Ceci dit, le parcours du chemin permet des résurgences sans qu'on ait besoin de les solliciter, n'est-il pas vrai ?

 Au sujet des prédictions, les hommes évoluent, et le pire est parfois évité. Un jour, j'ai écouté une interview de Sean Mac Bride, le fondateur d'Amnesty international, datant de 1975, lequel prédisait une nouvelle guerre mondiale pour 1979. Vu son niveau d'information, il devait avoir de bonnes raisons pour dire cela. Pourquoi cela n'est-il pas arrivé ? Est-ce du fait du faible vouloir des hommes ? Je ne saurais répondre... Et puis, des phénomènes naturels sont à l'oeuvre, le plan divin, encore une fois. Les empires, à peine arrivés à leur plus grand développement ont déjà commencé leur chute... Mais ce qui a mis plusieurs siècles avec l'empire romain est incomparablement plus rapide aujourd'hui...

Au sujet de la "cognition" avec l'univers, je m'interroge sur la meilleure manière de la toucher du bout du doigt pour l'approfondir..... Nous entrons pour cela dans des écoles dites "de mystères", mais le véritable enseignement ne vient-il pas de l'intérieur selon la volonté de ceux qui nous guident ? Il ne suffit pas d'allumer l'athanor n'est-ce pas ?

Certains disent que le savoir devrait être à la disposition de tout le monde mais qu'il faut des marches. Qu'elle définition donner à ces marches ?

Le développement  du coeur est aussi important que celui de la sagesse. C'est du 50-50, sans quoi toute démarche initiatique se limitant à suivre un enseignement ne fait que renforcer l'ego et assécher le coeur. Inversement, le développement du coeur sans celui de la sagesse ne fait que faire pleurer "devant les chats perdus", comme disait Brassens.

Je ne sais ce que vous en pensez, mais il me semble que l'alchimie est une bonne voie pour développer les deux...

La voie initiatique est fait de la rencontre entre un maître et son élève, où le maître choisit l'élève, mais où l'élève choisit aussi le maître. Le maître active des tendances latentes chez l'élève qui, sinon, ne se manifesteraient pas, mais n'importe quel maître ne convient pas à n'importe quel élève... Question de karma, là encore !

Je m'interroge sur le temps. Mais au fond, qu'est-ce que le temps, en dehors de ce temps subjectif que nous vivons ? Newton avait "inventé" un temps objectif, quasi palpable, auquel tout le monde était soumis. Einstein a montré que cette conception était erronée, que le temps était relatif, n'était qu'un élément constitutif parmi d'autres d'un ensemble, d'un "vortex" qui ne s'appliquait qu'à certains êtres ou choses soumis à certaines conditions, et que par conséquent une multiplicité de temps était possible. Nous n'avons pas encore pris la mesure de cette découverte, et le fait que l'immense majorité de l'humanité vit dans les mêmes conditions, dans le même vortex, y est sans doute pour quelque chose, créant cette impression de temps unique et absolu. Toujours le karma...

D'un autre côté, tout est mental, puisque tout le monde extérieur ne nous est connu que par nos sens limités, comme chacun sait, tout ne nous est connu que subjectivement.

Certaines personnes vivent "quelques minutes" pendant que d'autres vivent "plusieurs heures". Il y a un champ de rencontres entre ces différentes subjectivités, mais quel est-il véritablement ? On a plutôt l'impression que la "version longue" (quatre heures) remporte la partie sur la "version courte" (quelques minutes) simplement parce que vécue par davantage de subjectivités, non pas parce qu'elle correspondrait à une vérité objective.

Je m'interroge depuis longtemps sur ce que peut être réellement le monde extérieur dont nous ne percevons que le reflet. Sans doute est-il bien différent de ce que nous pouvons imaginer...

 J'ai noté ce qui est dit sur les performances physiques de certains yogis ou mystiques. Les bouddhistes appellent cela les accomplissements ordinaires qui apparaissent naturellement lorsque l'accomplissement suprême est en bonne voie et sur lesquels le pratiquant ne doit pas s'arrêter. Si cet article doit être diffusé et lu par de "grands débutants" sur le chemin, je signalerai que le yoga permet des progrès rapides sur la conscience et la maîtrise du souffle et de son corps. A condition bien sûr de trouver un enseignant qui pratique un yoga "spirituel" et non le yoga purement physique souvent pratiqué en occident. Mais ça se trouve, en activant un peu ses réseaux, puisque j'en ai trouvé un ! Oui, je découvre le yoga ! Il s'agit du yoga tel qu'il est conçu en Inde, et non ce que l'occident en a fait, c'est à dire une simple "culture physique", un moyen d'entretenir son corps. Ma prof, en fait, ne prend comme élèves que des personnes qui n'ont pas cette conception purement physique du yoga. Elle-même est initiée à la spiritualité indienne, mais là, je suis totalement ignorant du sujet...

 Ce que j'en comprends, c'est que l'on développe une complète détente dans les positions les plus inattendues (qu'on ne peut réaliser au départ qu'au prix de fortes tensions musculaires), et qu'on apprend ainsi petit à petit à maîtriser son corps. Les exercices de respiration permettent également d'améliorer la circulation du prana dans le corps. Cela a une influence sur le plan astral, et les postures permettent de développer, non seulement le corps, mais aussi les canaux subtils (bindu) par lesquels circule le prana.

 Voici quelques réflexions sur différents sujets que je partage avec vous et qu'il vous est loisible de poursuivre, si vous le souhaitez...

 Sternchen